Full text: Le Pois, Antoine: DISCOVRS SVR LES MEDALLES ET GRAVEVRES ANTIques, principalement Romaines

50.

quels, non seulement là, mais quasi par toute la terre habitable, la susdite permutation de choses à autres a pris fin, & cesse maintenant. Et non seulement aux Grecs & Romains, mais presque par tout le monde, lesdicts metaux or, argent, & cuiure, frappez & marquez par ordonnance publique, ou bien d'vn Prince, chef & superieur en chacune prouince, ont eu depuis cours en contracts, & toutes volontaires conuentions & traffiques, comme nous les voyons encore de present auoir. De quoy si voulez entendre dauantage, lisez Polydore Virgile au liure second Des inuenteurs des choses: & Gregorius Agricola au liure Des metaux.
   Veritablement le metal mõnoyé semble estre plus vtile & commode aux hommes pour le iourdhuy, que ne seroit la permutation d'vne chose à autre: pource qu'il est plus propre à egaler le prix & valeur d'icelles choses: aussi qu'il se porte & trãsporte plus facilement, aisément, & à moins de frais que les marchandises & denrees mesmes: & d'abondant, que quelques nations n'ont besoing de nos marchandises, & auons besoin des leur: qui fait qu'ils aiment mieux nostre argent & monnoye. Quant aux Romains,

ils eurent pour deesse, Moneta (comme tant d'autres folles resueries) & luy edifierent vn temple à Rome. Cicero au liure de diuination dit, que la deesse Iuno fut dicte Moneta à monendo, pource qu'elle admonnesta les Romains du haut de son temple, de sacrifier & immoler vne truye pleine de cochons, pour faire cesser vn grand tremblemẽt de terre, qui aduint de ce temps là. Peut aussi auoir esté dicte Moneta à monendo, pource que la monnoye admonneste & aduertit vn chacun, quelquefois de celuy qui en est autheur, & qui l'a fait battre, soit parson inscription, ou parle visage apposé: autrefois du prix de la piece, comme la marque X, au denier: V, au quinaire: IIS, au sesterce: autrefois de quelque chose aduenue, digne de memoire, & pour ce remarquee en icelle: & sur tout elle admonneste de sa iuste valeur, à fin que personne n'en abuse aucunement. Et de faict, n'a iamais esté loisible de violer ou falsifier la monnoye, sans encourir griesue punition, ainsi qu'il se pratique encore pour le iourdhuy. De ce furent faictes plusieurs loix par les Romains, comme nous toucherons cy dessous. Ilseurent aussi à Rome outrela deesse Moneta & Pecunia, les dieux AEsculanus

& Argentinus, ainsi nommez des metaux Airain & Argent: desquels ne parlerons dauantage pour le present, mais poursuiuans nostre matiere, dirons qu'iceux Romains feirent battre & frapper monnoye, non seulement à Rome, mais en plusieurs autres
C.ij.


Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer