Full text: Le Pois, Antoine: DISCOVRS SVR LES MEDALLES ET GRAVEVRES ANTIques, principalement Romaines

45.

au faict des monnoyes, comme l'argent a succedé au cuiure, & est venu en vsage long temps apres. Et pour ceste raison escrit S.Augustin au 4.liure de la Cité de Dieu, que les Romains disoyent le Dieu Argentinus estre fils du Dieu AEsculanus, pourautant que l'vsage de la monnoye de cuiure, auoit precedé celle d'argent.


   L'or fut rare aux Romains, & en eurent peu du commencement: de sorte que quelquefois il est aduenu, qu'ils n'ont eu le moyen de rendre & payer leurs voeux, sinon en ostãt aux semmes leurs ornemens & doreures, comme tesmoignent Valere Maxime, Plutarque, & autres. Pour certain ils deuindrent bien tard amoureux de l'or: ce qui fut cause que plus longuemẽt ils demeurerent en leur premiere frugalité, parsimonie, & modestie, voire & preudhommie: si ainsi est (comme dit Pline, maudissant celuy qui premier le mit en auant) que l'or est aux humains source & commencement de tous maux: & semble auoir esté trouué à la ruine de l'homme, & totale confusion d'iceluy, l'alterant ainsi execrablement d'vne sois, desir, & cupidité insatiable d'amasser tousiours chose si peu souhaitable, si on y pensoit bien. Les peuples nommez Debae donnoyent à leurs voιsins trois liures d'or pour vne liure d'airain: & deux liures d'or pour vne liure d'argent, preferans l'airain à l'argent, & tous deux à l'or, pource que l'or est celuy qui sert le moins, & est le moins vtile: encore que Theophylacte en vne sienne epistre Grecque s'efforce de prouuer le contraire. Les Indois & Ethiopiens ont estimé l'or tant vil & malheureux, qu'ils ne s'en voulurent seruir à autre chose qu'à faire des manicles & chaisnes à lier les malfaicteurs & meschans. O vie heureuse! si ce metal se pouuoit si bien absenter & eslongner des hommes, qu'il ne se trouuast plus entr'eux pour les seduire & corrompre comme il fait. Mais ie ne veux ici declamer contre l'or, tant folement aimé entre les hommes, & tellement desiré, qu'ils ne font nuls souhaits où il ne soit appelé, & quasi coniuré de comparoir

deuant eux, si leur auare & insatiable cupidité auoit lieu. Ie poursuiuray mon propos, & diray que l'or fut frappé pour monnoye, tout le dernier des autres metaux, à sçauoir, L X I I ans (dit Pline) apres l'argent: ou, selon les autres, quatre vingts ans. Et est à croire que lors, & bien long temps apres, les Romains ont vsé en ce faict de bien bon & fin or, suyuant les loix & ordonnances qui estoyent de faire bonnes & legitimes mõnoyes, & non reprochables: combien qu'il s'en trouue d'or assez bas, mesmement marquees auec la teste de Ianus à deux faces, qui toutesfois semblent estre bien 

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer