Full text: Le Pois, Antoine: DISCOVRS SVR LES MEDALLES ET GRAVEVRES ANTIques, principalement Romaines

373.


6.

   CE sixieme portrait, retiré d'vne Onyce, nous represente vn Satyre portant vn lieure, ou plustost vn ieune cheureul pris à la course. Plusieurs autheurs ont parlé des Satyres, Faunes, Syluains, & tels folastres dieux rustiques, leur attribuans pieds de cheure (dont nous les nommons Cheure-pieds) auec longue queuë derriere: & les font velus, cornus, & autrement monstrueux. La question est, à scauoir, s'il en a esté, & s'il en est encore pour le iourdhuy ou non. Plutarque escrit que Sylla en print vn. S. Hierome en la vie d'Antoine l'hermite, habitant aux deserts d'Egypte, afferme qu'iceluy bon pere allant voir son compagnon Paul, autre hermite, veit & fut assailli de plusieurs de ces Satyres & Pans: à l'occasion de quoy la posterité a creu qu'il fut tourmenté des diables.
7.

   LE septieme portrait tiré d'vne belle Onyce, nous remarque le mois d'Auril, tant par sigure & hieroglyphique que par l'inscription Latine A prilis : combien que vous trouuez bien peu de pierres grauees, où soyent lettres ou vocables & sentences insculpees. Doncques le mois d'Auril est icy demonstré par trois choses diuerses, à scauoir, le coq, le rat ou souris, & le panier: de quoy voicy les raisons. Le Printemps, duquel est part & portion principale le mois d'Auril, est dedié à la copulation, generation & naissance de tous animaux, de toutes plantes, & presque de toutes choses. Et pource les Perses n'estimoyent point les mariages legitimes, sinon ceux qui estoyent faicts au Printemps: encore que Plutarque escriue que les anciens ne se marioyent point au mois de May: & le poëte Ouide, que le mois de May estoit le mois auquel les mauuaises femmes tant seulement se marient: dont le prouerbe en fut fait. Ainsi nous voyons que commencant le Printemps, la copulation & conionction des animaux se fait: estant veritable ce qu'escrit Hippocrates au liure de la nature humaine, qu'au Printemps le sang s'augmente & s'eschauffe au corps: & pource n'est merueille si le desir de copulation touche, meut, & incite masles & femelles en ce temps-là. Semblablement la terre (au sein de laquelle s'estoit retiree par concentration toute chaleur, chassee par le froid de l'hiuer son ennemi) au Printemps se vient à eslargir, dilater & ouurir, mesmement en Auril, qui pource est dit des Latins A prilis, ab aperiendo, à raison qu'en iceluy mois la terre s'ouure, boute dehors & produit germe de toutes herbes & plantes, & se reuest de beau verd, à la resiouissance, vtilité & proffit de l'homme, pour lequel Dieu a tout fait & 

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer