Full text: Le Pois, Antoine: DISCOVRS SVR LES MEDALLES ET GRAVEVRES ANTIques, principalement Romaines

365.

de sauuer sa vie, les pria d'vne chose, qu'ils luy permissent vestir ses habillemens, & prendre sa lyre pour chanter par maniere de consolation, vne derniere plainte de sa triste fortune & malheureuse fin. Il prist enuie à ces cruelles gens de l'oüir encore chanter vne fois, & pourtant obtint aisément sa requeste. Ainsi doncques soudain reuestu & troussé comme il souloit estre, estant tout debout sur le tillac, commença à haute voix à chanter vne chanson & modulation musicale, que l'on appelle Carmen orthium. Son chant paracheué, tout ainsi qu'il estoit vestu & accompagné de sa lyre, se ietta franchement du haut en bas dedans la mer. Or penserent ces nautonniers, que sans doute il seroit bien tost noyé, & pource passerent outre & continuerent leur nauigation. Mais il aduint vn cas estrange & merueilleux, & de grande pieté, benignité & faueur: car il n'eut pas si tost sauté en la mer, que voicy vn Dauphin qui se trouua entre ses bras & dessous luy, & chargé sur son dos & eleué sur l'eau le mena & porta sain & sauf de corps & habillemens au promontoire de la region Laconique, qui est nommé Taenarus, auiourdhuy Le cap Metapan: d'où Arion vn peu de temps apres partit & se rendit à Corinthe. Où paruenu, se presenta au Roy Periander au mesme habit & estat qu'il fut porté sur le Dauphin, & luy compta toute son auanture. ce que le Roy ne creut aisément, mais le fit serrer & mettre en prison comme vn menteur, & iusques à ce que les mariniers arriuez à Corinthe, furent interroguez finement en l'absence d'Arion. Illeur demanda s'ils auoyent point ouy parler au lieu d'où ils venoyent, d'Arion le ioüeur de harpe. Ils respondirent qu'ils l'auoyent laissé en Italie à leur partement, qu'il se portoit bien, qu'il triomphoit és villes de par delà, delectant tout le monde auec sa musique, & pource il estoit le bien-venu par tout & amassoit grandes richesses. Sur lesquels propos voicy arriuer Arion auec son instrument musical, & les mesmes habillemens auec lesquels il s'estoit ietté en la mer. Qui rendit fort estonnez les nautonniers, lesquels conuaincus ne peurent nier la verité du faict. Et pourtant (adioustent quelques-vns) furent aigrement punis par le commandement de Periander. Ceux de l'isle Methelin & ceux de Corinthe racomptoyent ordinairement ce compte, en tesmoignage de quoy se voyoyent encore au Promontoire & Cap de Metapan deux simulachres de bronze, vn Dauphin portant, & vn homme porté.
   Or que le Dauphin soit tant amoureux & tant familier de l'homme, iusques à le porter sur son dos en la mer, sera aisé à entendre à 

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer