Full text: Le Pois, Antoine: DISCOVRS SVR LES MEDALLES ET GRAVEVRES ANTIques, principalement Romaines

325.

& de la dedication de la maisonnette ou chappelle que luy auoit fait Cato) vne couronne ou chapeau de triomphe, qui testifie l'hõneur & la gloire qui suyuent ordinairement vne victoire. I'ay pensé plusieurs fois que Victoire doit auoir l'accoustrement long, & trainer vne longue queuë apres soy, comme de faict elle se voit en aucunes medalles Romaines & Grecques: pource qu'vne victoire obtenue en guerre a vne longue suitte apres soy, c'est à dire, amene beaucoup de mutations & changements. Car lors il aduient que celuy qui ne vous vouloit point de bien, vous est faict ami, & celuy qui ne vous craignoit auparauant, commence à faire compte de vous & vous redouter: & les volontez, singulierement de vos voisins, se changent à l'instant. Et qui voudroit bien peindre & entierement representer Victoire, il luy faudroit associer & ioindre ses trois foeurs Ialousie ou Enuie, Puissance, & Violence, lesquelles assistent aussi tousiours à Iupiter, & à tous regnans, qui ne sont gueres souuent sans elles On y pourroit aussi mettre Insolence & Orgueil, vrayes compagnes de Victoire. Les anciens ont fait plusieurs simulachres portans en main & eleuans certaines petites Victoires, qui sont appelees des Latins Victorioloe, desquelles parlent souuent les autheurs, comme Lactance & autres. Ie feray fin apres auoir allegué & amené le passage de S. Augustin au 4 liu. de la Cité de Dieu, où il se moque des dieux Gentils, & nommément de ce que les Romains tenoyent Victoire pour deesse, & luy portoient grand honneur: Si, dιt il, Victoire est deesse propice & fauorable, & se tourne du costé de ceux qu'elle veut estre victorieux, qu'est-il besoin de Iupiter ne autres dιeux, puis qu'elle a toute puιssance d'assuiettir toutes prouinces, & faire conquestes de tous royaumes? Voyla comme il se rit de ces Romains idolatres & ainsi amoureux de dieux imaginaires & faits à plaisir.
8.

    LA huitie me & derniere figure de ceste planche a ceste inscription, Liberalitas Aug. III. qui est, Liberalitas Augusti tertia, La troisieme largesse de l'Empereur Auguste, à sçauoir, Gosdianus: car de luy est la medalle, comme aussi vne autre mienne ayant mesme reuers, & ceste inscription, Liberalitas Augusti secunda. En ces reuers est faite mention d'vne seconde & troisieme liberalité faite par ledιt Gordianus. Ceste largesse s'estendoit au peuple & soldats Romains. Celle qui estoit faite par le Prince aux soldats, s'appelloit Donatiuum, don ou donation: & celle qui estoit faite au peuple

se disoit Congiarium, qui est vn terme & vocable formé de ce mot
h.iij.


Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer