Full text: Le Pois, Antoine: DISCOVRS SVR LES MEDALLES ET GRAVEVRES ANTIques, principalement Romaines

145.

apres Octauiẽ Cesar Auguste, on appeloìt particulieremẽt Cesars, les fils ou heritiers des Empereurs, qui deuoyent succeder à l'Empire, occupé premierement apres la mort de Iules Cesar par ledict Octauien Auguste. De telle façon on appelle auiourdhuy en Frãce le Dauphin, le plus habile à succeder au Roy, comme le premier nay. En Espagne l'heritier se nomme, le Prince d'Espagne. Ainsi pour bien entendre l'histoire Romaine, faut faire difference entre ces mots C asar & A ugustus , comme nous admonnestent Dion, & les autres historiens.


   Augustus est appelé l'homme venerable, saint, & qui se doit reuerer pour sa vertu, perfection & excellence. Ainsi disons-nous, les temples Augustes, vne face Auguste, dignité Auguste, &c. Ce surnom & appellation fut premierement attribuee par le Senat à Octauien Cesar, pour sa singuliere vertu, & bienfaits enuers la Republique. Et de luy est decoulé aux Empereurs subsequens, voire insques à auiourdhuy: mesmes leurs femmes, ou Imperatrices ont aussi esté nommees Augustes par mesme raison.
   De ce que dit est, on peut entendre facilement pourquoy incontinent apres la mort de Iule Cesar (qui premier occupa le gouuernement souuerain de la Republique Romaine) ses successeurs ont esté appelez Empereurs Cesars Augustes. Iceux aussi ont adiousté à leurs tiltres l'appellation de tres-grand Pontife, pour preeminer au faict de la religion, & parce estre plus Augustes & venerables à tout le monde. Item se sont nommez Tribuns du peuple, à fin d'auoir puissance, s'il leur plaisoit, de s'opposer aux decrets & ordonnances du Senat, & aussi pour estre inuiolables, & qu'on se gardast bien de toucher à leur personne: car s'il aduenoit que quelqu'vn les eust legerement offensez, ils vouloyent auoir priuilege de les faire mourir, sans qu'on cogneust de l'iniure ou mal-fait. Toutefois il faut entendre qu'ils n'exercerent iamais l'office de Tribun populaire: car ils se fussent par trop demis, entant que c'estoit office d'vne personne vulgaire, & estant du nombre du peuple: eux qui estoyent du nombre & ordre des Peres & Patrices, & nobles d'ancienneté. Et à la verité le Tribunat populaire (c'est à dire, l'office du Tribun du peuple) l'authorité & puissance Tribunitie (si ainsi faut dire) n'estoyent pas toute vne mesime chose. Ainsi Lucius Sylla le Dictateur ne voulut point abolir cest office & Tribunat, mais bien voulut abolir la puissance si grande que les Tribuns auoyent. De ceste dignité Tribunitie, que lesdicts Empereurs voulurent auoir, l'on souloit compter les annees de leur regne & gouuernement.
O.j.


Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer