Full text: Le Pois, Antoine: DISCOVRS SVR LES MEDALLES ET GRAVEVRES ANTIques, principalement Romaines

117.

disons que de ces Images, comme dit est, les vnes se sont faites en platte peinture & par tableaux, lesquels ont esté non seulement mis és librairies & maisons priuees, mais aussi és bibliotheques publiques, & premierement en celle qu'Asinius Pollio premier de tous fit, & voulut estre publique à Rome: & depuis aux autres. En ceste premiere bibliotheque publique furent mises les images des gens doctes, & qui auoient laissé quelques escrits, ainsi que tesmoigne I sidore au liure des Etymologies. Aussi fait Cicero, quand il dit que l'image d'Atticus le Romain estoit là, sous l'image d'Aristote ce grand Philosophe. Pareillement y fut mise l'image de Marc Varro, encore viuãt, combien qu'on n'y mist ordinairement que les images des personnages morts. Ledit Varro fut estimé ouurier excellent & approchant des dieux, donnant (tant que faire peut par ses liures) im mortalité aux personnages illustres, en exprimant leurs images, & les donnant à cognoistre à tout le monde. Semblablement Pomponius Atticus fit vn liure des Images des grans & notables personnages, apposant sous les effigies d'vn chacun, quatre ou cinq vers pour le plus, par lesquels il designoit briefuement leurs faicts & actions plus louables. Ces images tirees au vif, sont nommees particulierement de Pline, Icones ou similitudines, c'est à dire, ressemblãces. Car toutes autres effigies, de quelque matiere qu'elles soyent, non approchantes du vif & naturel, ne se peuuent ainsi nommer. Ce qu'il monstre assez, quand il parle ainsi: Les effigies des hommes ne se dressoyent point, sinon à ceux, qui pour quelque cause signalee meritoyent immortalité: & du commencement à ceux qui estoyent victorieux aux jeux, exercices, & combats sacrez & solennels de Grece, singulierement au lieu & ville d'Olympia, où l'on souloit dresser statues à tous ceux qui emportoyent le prix. Mais aduenant que quelques vns fussent victorieux par trois fois, là on leur dressoit images Iconiques, c'est à dire, faites au vif & rapportees entierement à la semblance de toutes les parties de leurs corps. Et tels braues gens s'appelloyent proprement H ieronioe, c'est à dire, victorieux és jeux ou combats solennels & sacrez. Or quelque temps apres, on se saoula de faire toutes entieres les images au vif, & vint-on à se contenter, de les mettre & representer seulement és targes des cheualeureux & vaillans Romains: & aussi des autres, autrement nobles & illustres. Telles targes ou escus (comme anciennement on les nommoit) faicts à la façon de ceux qu'on portoit au siege de Troye la grande, estoyent d'airain, & quelquefois d'argent, comme fut celuy d'Asdrubal le 

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer