Full text: Du Choul, Guillaume: DISCOVRS DE LA RELIGION DES ANCIENS ROMAINS

59.


partie des murailles de la cité, fut donné, pour edifier les temples de Iupiter, & de ces Deesses.


   Or pour retourner à ce que i'ay laissé de nostre grãd Ioue (que la folle superstition des Gentils adora comme omnipotent) les Romains & les Grecs ne se voulurent contenter de luy dedier l'aigle particulierement, combien qu'elle soit maistresse & Royne de tous les oyseaux, mais aussi le belier luy fut consacré. Et le nommerent

les Anciens Ammon, quand il estoit porté par le mouton, tenant son sceptre de la main droitte: ce nom venu de l'arene, que les Grecs ont nommé, ἄμμος. Ce que Pline nous a voulu mõstrer au douziéme de ses liures, quand il escrit de l'ammoniac tout ainsi: Ergo Aethiopiae subiecta Africa ammoniaci lacrymam stillat in arenis suis, inde etiam nomine Ammonis oraculo iuxta quod gignitur arbor. L'interprete d'Aratus Latin (des vns nommé Bassus, &

des autres Germanicus Cesar) escrit, que le belier qui monstra l'eaue à Liber Pater, qui conduisoit son armée, qui mouroit de soif, par l'Afrique, fut faict immortel & mis au nombre des signes celestes. Et pour ce bienfaict

luy feit Liber vn temple magnifique au lieu, ou auoit esté trouuée l'eaue, à neufiournées pres d'Alexandrie, lieu areneux, & plein de serpens: & de l'arene nommé Iupiter Ammon, comme nous auons dict cy dessus. Le demeurant pourra veoir le Lecteur au quatriéme liure de Q. Curse, ou bien au dixseptiéme liure de Diodore Sicilien, & mieux au long au liure troisiéme, qu'Arrian nous a laissé des gestes d'Alexandre le Grand. 

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer