Full text: Du Choul, Guillaume: DISCOVRS DE LA RELIGION DES ANCIENS ROMAINS

261.

   Nous auons veu cy dessus les temples & autels, les simulacres des Dieux, les noms des sacerdoces:desormais pourra veoir le Lecteur ce que i'ay peu obseruer de la charge qu'ils auoyent, & pour la fin leurs voeux, & la cerimonie

de leurs sacrifices. C'estoit doncques l'estat des sacerdotes de faire les supplications, que nous appelons

processions, pour remercier leurs Demones de quelque victoire, ou biẽ pour detourner l'ire de Dieu. & quand les sacerdotes faisoyent leurs supplications parmy les rues, ils portoyẽt le simulacre de Iupiter: & par les quar refours estoyent dressez reposoirs, pour y mettre son

simulacre. Ce que lon faict encores en France à la solen nité de la feste Dieu.
   Ie me souuiens d'auoir veu vne medaille de Domitian, ou estoit representée par le reuers vne procession des anciens Romains, marchants les petits enfans de

cueur tous les premiers, en apres les sacerdotes, vestus de leurs surpelis, estants tous coronnez, & tenants à la main vne branche de laure: & les suyuoit l'Empereur en sa robe de pourpre. & sans doubte les adorations, oblations, voeux, sacrifices, & oraisons, sont les degrez par lesquels il fault monter pour chercher Dieu. & sur toute chose l'oraison a vne grand force, quand elle est

adressée à Dieu, qui nous entend, quand elle est faicte de bon cueur, & repoulse plusieurs maulx, que sans cela

nous pourroyent suruenir. Ce que nous a faict entendre Ouide, qui a dit,
Flectitur iratus voce rogante Deus.
Soepe Iouem vidi, cùm iam sua mittere vellet
Fulmina, thure dato sustinuisse manum.

   Par l'oraison s'exercent toutes les autres vertus: car la force de l'oraison est telle, qu'elle attire l'homme au ciel: 

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer