Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

DIXIEME LIVRE que l’eſprit en puiſſe reſortir: & par ce moyen quand on abbaiſſ@
les pilõs enueloppés de laine, les crãpons a quoy ſont accrochees
les ſuperficies des petites Soupapes, les contraignent à deualler
juſques au fonds: & adonc les Dauphins poſés ſur les verins, deſcẽ-
dans par les ouuertures, empliſſent auec leurs cymbales ces con-
cauités de vaſes: puis derechef iceux crampons rehauſſans menu
& ſouuent leſdites ſuperficies, par la vehemente agitation de l’e-
ſprit, & faiſans eſtoupper aux cymbales les trous ſuperieurs ja mẽ-
tionnés, ſont cauſe que l’air enclos leans, eſt par eſpraintes con-
traint à entrer dedans les conduits ou poſtes, d’où il s’en va lan-
cer dedans le ſommier de bois: & paſſant à trauers ſa concauité,
ſe jecte dans le coffre d’airain conrenant l’eau: parquoy, à raiſon
du mouuement des pilons, eſtant l’abondance de l’air opprimee,
force luy eſt de ſe couler parmi les ouuertures des clefs, en ma-
niere que celà ſert d’ame pour emplir les canaux, ſi que quand les
marches du clauier ſont enfonſees au moyen des doigts de l’Or-
ganiſte, & que les trayans des petites Soupapes s’en hauſſent & rabbaiſſent continuellement, ils eſtouppent quelques tuyaux, & en font ouurir d’autres, en maniere qu’auec l’art de muſique en-
gendrant pluſieurs diuerſités d’harmonie, l’Orgue rend des ſons
doux & aggreables au poſſible.

I’ay faict tout mon effort d’expoſer clairement par eſcrit ceſte
choſe obſcure: toutesfois je ne l’ay ſceu rendre ſi facile que chacũ
la puiſſe comprendre du premier coup: & croy que je ne ſeray en-
tendu ſinon de ceux qui font profeſſion de ceſt art.

Toutesfois s’il s’en treuuent aucuns qui peu à peu y puiſſent
mordre, par ce que j’en ay dit, je ſuis aſſeuré qu’apres en auoir ac-
quis pleine congnoiſſance, ils trouueront que toutes les particu-
larités en ſont par moy deduites, ſuyuant la ſubtilité que le ſub-
ject deſire.

149. Comment & par quelle raiſon no{us} pouuons meſurer noſtre che-
min, encores que ſoyons portés en charrette, ou que na-
uiguions dedans quelque nauire.

Chapitre XIIII.

MAintenant ſe tourne mon ſtile à traicter vn ſe-
cret, lequel n’eſt ſans proffit, & qui fut par grande indu-
ſtrie inuenté de nos predeceſſeurs, puis à nous laiſſé

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer