Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

HVITIEME LIVRE liqueur, pour amour de leur repletion & grauité, ſi qu’elles ſe reſ-
pandent en pluyes ou bruïnes ſur les terres.

Mais la raiſon prouuante que les vapeurs & nuages naiſſent de
la terre, ſemble eſtre telle, à ſçauoir que ſa maſſe contient en ſoy
des chaleurs eſtouffees, des exhalations horribles, des refroidiſ-
ſements, & vne grande abõdance d’eau: choſes qui font que quãd
l’air ſe refroidit ſur la nuict, les ſoufflements d’iceluy vent s’engẽ-
drent quand & les tenebres. meſmes alors ſortent les nuages des
lieux humides, & s’eſſieuent contremont: puis auſſi toſt que le ſo-
leil reuient à ſe monſtrer ſur la terre, & qu’il la touche de ſes ra-
yon@, l’air qui en eſt preallablement eſchauffé, attire les humeurs
auec la roſee. & de ce peut on voir l’exemple dedans les eſtuues: car il n’y en a point de chaudes qui puiſſent naturellement auoir
des fontaines froides ſur leurs voutes: & toutesfois quãd leur cõ-
cauité eſt eſchauffee par la vapeur du feu vagant deſſous, elle atti-
re l’eau du paué, & la faict attacher contre ſa cambrure, où elle eſt
ſouſtenue en petites gouttes: dont neſe faut eſmerueiller, pource
que toute exhalation chaude ſe pouſſe touſiours contremont: & n’eſt incontinent rabbatue, à cauſe de ſa ſubtilité. Mais quand elle
a faict grand amas d’humeurs, celà ne peut eſtre ſouſtenu, à cauſe
de ſa peſanteur, ains diſtille ſur les teſtes de ceux qui ſe lauent ou
eſtuuent.

Pareillement, & par meſme raiſon, quand l’air celeſte ſe treu-
ue eſchauffé du ſoleil, il attire de toutes parts les humidités à ſoy,
puis les aſſemble & brouille en nuages.

Auſſi quand la terre eſt battue de chaleur, elle jecte ſes humi-
dités, ne plus ne moins que le corps d’vn homme fait ſa ſueur. Et
de ce rendent les vents indice manifeſte, entre leſquels ceux
qui viennent des regions froides, comme Septentrion & Aqui-
lon, ont leurs halaines ſeiches & extenuees. Mais Auſter, & les
autres, qui exercent leurs impetuoſités ſous le cours du ſoleil,
c’eſt à dire au Midi, ſont naturellement humides & touſiours
apportent de l’eau, à raiſon qu’ils paſſent à trauers des contrees
chaudes, où ils ſont eſchauffés, & en venant, attirẽt de toutes ter-
res les humidités, qu’ils reſpandent à la fin ſur les parties Septen-
trionales.

Encores peuuent porter teſmoignage de ce, les ſources & cõ-
mencements des riuieres, meſmes monſtrer qu’il ſe fait ainſi, cõ-
ſideré que toutes Chartes de la terre pourtraictes par Chorogra-

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer