Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

CINQVIEME LIVRE l’art que j’en ay donné en mes liures precedents.

Il me ſemble que les entredeux de ces portiques deſcouuerts,
& partant expoſes à l’air, doyuent eſtre plantés de beaux arbres, à
raiſon que tels promenoirs ſont grandement ſalutaires, ſpeciale-
ment à la ſanté des yeux: car quand ledit air eſt ſubtilié par le
mouuement des branches & des feuilles, & qu’il entre ainſi de-
dans nos corps par les pores ouuerts, au moyen de l’agitation il
purge & nettoye noſtre nature: du moins en oſtantles humeurs
groſſes de deuant nos veuës, il les rend plus ſubtiles & plus a-
guës. D’auantage, puis qu’il eſt ainſi que l’air s’eſchauffe en pro-
menant, ledit air venant à ſuccer les humeurs des membres, di-
minue les repletions, & en les diſſipant extenue ce qui eſt ſuper-
flu, & que le corps ne peut ſouſtenir: choſe qui ſe preuue par ce-
ſte raiſon, à ſçauoir que s’il y a des Fontaines ſous le couuert de
quelſques toicts, ou bien quelſques regorgements de Marais ſous
la terre, il ne s’en eſlieue point d’exhalations nebuleuſes: mais
c’eſt tout le contraire en lieux ouuerts & aërés: car incontinent
que le Soleil commence à battre la Terre, il excite & fait ſortir
les humidités de telles places, puis les attire en haut par groſſes
bouffees. Pareillement conſideré que les humeurs moleſtes ſont
deſſeichees de nos corps par l’attraction de l’air, ſingulierement
en lieux à deſcouuert, & que l’on en void les ſimilitudes en la ter-
re, je ne penſe qu’aucun me veuille contrarier, en ceſt endroit, & dire qu’il n’eſt point de neceſſité d’auoir dans les villes de tels
promenoirs amples & bien ornés de verdure. Parquoy, qui les
vouldra touſiours tenir ſecs & non fangeux, faudra qu’il y proce-
de en ceſte ſorte:

Soyent d’vne part & d’autre faictes des tranchees les plus baſ-
ſes que l’on pourra, reueſtues de bonne & forte matiere. Apres,
dedans les parois d iceux promenoirs, ſoyent mis des Canaux ou
Eſgouſts declinans en pente dedans icelles tranchees: & celà
faict, rempliſſez le lieu de Charbon: puis quand vous aurez bien
applani la terre, à fin de la rendre commode à ſe promener, get-
tez du Sablon par deſſus, & l’ouurage s’en portera tresbien: car au
moyen de la nature d’iceluy Charbon, qui eſt rare & ſubtilié: meſ-
mes à cauſe des Canaux deſgorgeans dedans les tranchees, les
eaux ſuruenantes en abondance, ſeront touſiours receuës, & par-
ainſi les promenoirs ſe trouueront ordinairement ſecs & ſans hu-
meur.

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer