Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

Pleuſt à Dieu que Nature ſuyuãt la ſentence de ce Philoſophe,
les euſt faictes viſibles. Certainemẽt s’il eſtoit ainſi, lõ ne cõgnoi-
ſtroit ſás plus quelles louãges ou vituperes lõ peut dõner à iceux
hõmes, ains l’effect des ſciẽces des diſciplines eſtant ſubject à la
conſideration des yeux, ne ſeroit aucunemẽt approuué par juge-
ments depraués: car on bailleroit les autorités honnorables aux
vertueux & de bõ ſçauoir. Toutesfois, puis qu’il ne peut eſtre ſinõ
cõme il a pleu à ladicte Nature, de là vient que les gẽts ne peuuẽt
bõnemẽt juger quelles ſont les ſciẽces des artiſices cachees ſous
les poictrines cloſes: qui fait que les@ouuriers, encores qu’ils pro-
metrẽt de mõſtrer leur induſtrie, ne peuuẽt par ce moyẽ acquerir
aucun credit, ny donner à entẽdre qu’ils ſçachẽr ce dont ils font
profeſſion, s’ils ne ſont riches, ou congnus de longue main par a-
uoir cõtinuellemẽt exercé leurs practiques, ou biẽ s ils n’õt grace
de parler cõme Aduocats. De ce pouuõs nous prendre exẽple ſur
les Imagiers & Peintres anciens: car ceux d’entr’eux qui ont eu
renõmmee d’eſtre excellẽts, ſont & ſerõt à touſiours honnorés en
la memoire de la poſterité, comme Myron, Polyclete, Phidias, Li-
ſippe, & pluſieurs autres, leſquels ont acquis reputation par leur
art, à raiſon qu’ils ont eſté employés aux ſeruices de Republiques
fameuſes, de grãdsRois, ou autres perſonnages magniſiques, pour
qui ils ont faict les beaux ouurages. Mais à la verité il y en auoit
d’autres de leur temps meſme, qui n’eſtoyẽt de rien moins artiſtes
que ceux là, toutesfois ils n’ont ſceu paruenir à ceſte renommee,
pource qu’ils n’ont beſongné ſinon pour quelques gentilshom-
mes ou aucuns citoyens d’humble & modeſte fortune: ce neant-
moins leurs oeuures n’eſtoyẽt infericures à celles des tãt eſtimés. Parquoy ne faut dire qu’ils ayent eſté deſgarnis de bon ſçauoir & docte experience, mais ſeulemẽt abãdonnes de felicité humaine. En ce nombre ſont Hellas d’Athenes, Chion de Corinthe, Mya-
gre de Phocee, Pharax d’Epheſe, Bedas de Byzãce, & aſſez de rels
Imagiers: & quãt aux Peintres, ne faut taire Ariſtomenes de Tha-
ſie, Polycles Atramitain, Nicomache, & innumerables, qui ont eſté
biẽ pourueus d’induſtrie, d’amour de leur art, & de practique ſuf-
fiſante. Ce nonobſtant, ou le peu de biens qu’ils auoyẽt, ou la ma-
lignité de fortune, ou la victoire de leurs emulateurs contendans
cõtr’eux par ambitiõ, ſe ſontoppoſees à leur gloire. A ceſte cauſe
je dy qu’il ne ſe faut eſbahir ſi les vertus des arts ſont obſcurcies
par ignorance: mais lon peut grandement deteſter la commu-

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer