Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

SECOND LIVRE contiennent: parquoy venãs à ſe deſſeicher, en acquierẽt plus lõ-
gue duree. Mais au regard des arbres qui n’õt point d’emõctoires
pourſe purger, les humeurs croiſſantes en leurs tiges, ſe viennent
à putrifier, de ſorte qu’elles les rendent inutiles & corrompus. A
ceſte cauſe, ſi ceux qui ſont vifs, & en pied, ne vieilliſſent de long
temps en ſe deſſeichant, il n’y a point de doute que quand on les
abbat pour les faire ſeruir de merrein, apres qu’ils ont eſté purgés
de la maniere declaree, ils peuuent longuement durer en edifi-
ces, & donner des commodités bien grandes.

Toutesfois iceux arbres ont entr’eux des proprietés naturelles
toutes differentes les vnes des autres, cõme ſont le Cheſne, l’Or-
me, le Pouplier, le Cypres, le Sapin, & pluſieurs autres dediés à ba-
ſtir: car le Cheſne ne peut ſeruir à ce que fera bien le Sapin: ny le
Cypres à ce que fera l’Orme: pourautant qu’ils n’ont pas vne
meſme conformité de nature: mais chacũ ſa vertu en ſon eſpece,
laquelle luy a eſté donnee au cõmencement de ſa creatiõ. & de là
viẽt que les vns eſtans mis en ouurages, font des effects tous cõ-
traires aux autres. Premieremẽt le Sapin, pource qu’il a beaucoup
d’air & de feu en ſa compoſition, mais bien peu d’humidité & de
terreïté, ayant eſté aſſorti des plus legiers elemẽts de nature, celà
fait qu’il n’eſt gueres peſant: & à raiſon qu’il a en ſoy grande force
& vigueur naturelle, il ne ploye pas volõtiers ſous le faix, ains de-
meure droit en charpenterie. ce neantmoins a raiſõ qu’il a beau-
coup de chaleur, il engẽdre & nourrit des vers, par leſquels ſa ſub-
ſtance eſt corrompue: & ſi bruſſe facilement. Puis pource que ſes
pores ou conduicts ſont delicats, la ſubtilité de lair enclos en ſa
maſſe corporelle reçoit incontinent le feu, & puis rend vne flam-
me violente à merueilles. De ce Sapin dont je parle, auant qu’il
ſoit coupé, la partie qui eſt la plus prochaine de la terre, receuant
par les racines l’humidité qui luy eſt voiſine, prouient toute vnie
& ſãs neuds: mais celle qui eſt plus haut, ayãt produit ſes rameaux
en l’air par l’attraction de la chaleur, ſi elle eſt coupee enuiron
vingt pieds pres du bout, & charpentee à la doloire, adonc les
ouuriers la nomment Fuſterne, à cauſe de la durté de ſes neuds. Mais la plus baſſe quãd elle eſt ſiee pour mettre en œuure, & que
les liqueurs fluentes de ſes veines ſont deſſeichees ſuyuant ce
que j’ay dit, meſmes apres que lon en a jecté la ſeue dehors, lon
s’en ſert en lambriſſements ou reueſtements de murailles, & l’ap-
pellent iceux ouuriers Sapin. Au contraire le Cheſne abondant

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer