Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

SECOND LIVRE 
54 
contiennent: parquoy venams à se desseicher, en acquierent plus lon¬ 
gue duree. Mais au regard des arbres qui n'ont point d'emonctoires 
pour se purger, les humeurs croissantes en leurs tiges, se viennent 
a putrifier, de sorte qu'elles les rendent inutiles & corrompus. A 
ceste cause, si ceux qui sont vifs, & en pied, ne vieillissent de long 
temps en se desseichant, il n'y a point de doute que quand on les 
abbat pour les faire seruir de merrein, apres qu'ils ont este purges 
de la maniere declaree, ils peuuent longuement durer en edifi¬ 
ces, & donner des commodités bien grandes. 
Toutesfois iceux arbres ont entr'eux des proprietés naturelles 
toutes differentes les vnes des autres, comme sont le Chelne, l'Or¬ 
me, le Pouplier, le Cypres, le Sapin, & plusieurs autres dediés à ba¬ 
stir: car le Chesne ne peut seruir à ce que fera bien le Sapin: ny le 
Cypres à ce que fera l'Orme : pourautant qu'ils n'ont pas vne 
mesme conformité de nature: mais chacum sa vertu en son espece, 
laquelle luy a esté donnee au commencement de sa creation. & de la 
vient que les yns estans mis en ouurages, font des effects tous con¬ 
traires aux autres. Premierement le Sapin, pource qu'il à beaucoup 
d'air & de feu en sa composition, mais bien peu d'humidité & de 
terreite, ayant estè assorti des plus legiers elements de nature, celà 
fait qu'il n'est gueres pesant: & à raison qu'il a en soy grande force 
& vigueur naturelle, il ne ploye pas volontiers sous le faix, ains de¬ 
imeure droit en charpenterie. ce neantmoins à raiso qu'il a beau¬ 
coup de chaleur, il engendre & nourrit des vers, par lesquels sa sub¬ 
stance est corrompue: & si brusse facilement. Puis pource que ses 
pores ou conduicts sont delicats, la subtilité de lair enclos en sa 
masse cotporelle reçoit incontinent le feu, & puis rend vne flam 
me violente à merueilles. De ce Sapin dont je parle, auant qu'il 
soit coupé, la partie qui est la plus prochaine de la terre, receuant 
par les racines l'humidité qui luy est voisine, prouient toute vnie 
& sas neuds: mais celle qui est plus haut, ayant produit ses rameaux 
en l'air par l'attraction de la chaleur, si elle est coupee enuiron 
vingt pieds pres du bout, & charpentee à la doloire, adonc les 
ouuriers la nomment Fusterne, à cause de la durté de ses neuds. 
Mais la plus basse quand elle est siee pour mettre en œeuure, & que 
les liqueurs fluentes de ses veines sont desseichees suyuant ce 
que j'ay dit, mesmes apres que lon en a jecté la seue dehors, lon 
sen sert en lambrissements ou reuestements de murailles, & l'ap¬ 
pellent iceux ouuriers Sapin. Au contraire le Chesne abondant 
en prin-
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer