Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

SECOND LIVRE rentes infinies, conſideré qu’il dominoit à tout le païs de Carie: mais par là peut-on cõſiderer la ſubtilité de ſon eſprit, & ſa grãde
induſtrie en matiere de baſtiments, veu qu’eſtant nay à Mylafis en
Lydie, trouuant que le lieu d’Halicarnaſſe eſtoit defenſable de ſa
nature, propre à la marchandiſe, & le port de grande vtilité, ſon
plaiſir fut y faire ſa maiſon. Ce lieu eſt du tout ſemblable à la
courbure ou demy rond d’vn Theatre, & pourtant le Marché
eſt ſitué tout au plus profond ſur la bouche du port, puis au mi-
lieu d’icelle courbure, comme en la poignee d’vn arc, il y a vne
vne belle place, de merueilleuſe eſtendue: au milieu de laquelle
eſt baſti le Mauſolee, ou ſepulture de ce Roy, d’un ouurage tant
exquis, que lon le compte pour l’vn des ſept miracles du monde. Au milieu de la maiſtreſſe tour du Chaſteau, droictement au
plus haut eſtage, eſt conſtruit le temple de Mars: au deſſus duquel
eſt poſee vne ſtatue arriuant à ſa ſublimité d’vn Coloſſe, & pour-
tant on l’appelle Acrolithon, c’eſt à dire haute pierre.

Ceſte là fut faicte de l’excellente main du grand ſculpteur ou i-
magier Telochares: toutesfois quelques vns veulent dire que ce
fut d’vn certain Timothee. Au bout de la demie circonferẽce à
main droite ſe treuue vn autre tẽple cõſacré à Venus & à Mercu-
re: aupres duquel eſt la fontaine Salmacis: que par opinion fauſſe
lon eſtime rendre ceux qui en boyuent, effeminés, ou affligés d’a-
mour laſcif. Parquoy ne me deſplaira de dire en ceſt endroit quia
faict que ceſte renõmee a ſous faux bruit ainſi couru toute la ter-
re: car il ne ſeroit poſſible que les gẽts beuoans de ſon eau, deuinſ-
ſent luxurieux & impudiques cõme lon dit: mais celà fut ancien-
nemẽt feinct pour exprimer ſa beauté claire & cryſtaline, enſẽble
ſa bonne ſaueur. Au temps donc que les capitaines Melas & Are-
uanias amenerent en ce lieu là vne colonie commune de gents
leués par eux en Argos & à Trœzene, ils en dejecterent a force
les nations barbares, nommees Cares & Leleges, leſquelles s’eſtãs
retirees aux montaignes, deſcendoyent aucunesfois par troupes,
couroyẽt le plat païs; & moleſtoyẽt cruellemẽt les cõquereurs par
larrecins & pilleries ordinaires. Ce pendant, vn homme de la co-
lonie Grecque, conſiderant la bonté de ceſte eau, & deſirant en
faire ſon proffit, leua, vne groſſe hoſtellerie tout tenant la fontai-
ne: & auoit ſa maiſon fournie de toutes choſes requiſes pour le
viure. ainſi exerçant ſa tauerne, il attiroit peu à peu ces barbares
au moyen du bon traictement qu’il leur ſçauoit bien faire. par-

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer