Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

Les autres lont temperees, comme les Tyburtines. celles d’A-
miterne, les Soractines, & autres qui ſe treuuent de ceſte qualité. Il en eſt auſſi de dures, comme ſont roches & cailloux: puis autres
pluſieurs genres & eſpeces, comme en la Campagne de Naples,
le Tuf rouge & noir. Puis en la Marque d’Ancone, au païs d’Aſ-
coli, & autour de Venize, la Poncey eſt blanche, meſmes ſe peut
couper à la ſie comme vne piece de bois.

Or toutes pierres qui ſont molles, ont ceſte vtilité en ſoy, que
quand lon en a tiré les cailloux, on les taille facilement pour met-
tre en œuure: & quiles loge en lieux ſous toict, elles ſupportent
aſſez de peine. mais qui les met à deſcouuert, ſe reſtraignent aux
gelees & bruïnes de l’yuer, en maniere quelles s’eſclattent & deſ-
briſent en peu de temps.

Plus ſi elles ſont à l’air de la marine, la ſalure les ronge: & les
delaye peu à peu: & outre ce n’endurent point les flots de la ma-
ree. Mais les Tyburtines, & autres de telle qualité, endurent tou-
tes heurtes, ſpecialement grands fardeaux, & violences de tem-
peſtes: toutesfois elles ne fe defendent gueres du feu: car ſi elles
en ſont attainctes, elles ſe diſſipent violentement, pource qu’en
leur temperature naturelle n’y a quaſi comme point d’humeur.

Auſſi à cauſe qu’elles n’ont gueres de terreſtre, mais participẽt
beaucoup tant de l’air, que du feu, à raiſon quel humidité & ter-
reïté ſont les deux moindres portiõs en elles: auſſi toſt que le feu
les viẽt à toucher, & que par la force de ſa vapeur, l’air enclos en
leur maſſes, eſt violentement pouſſé dehors, ceſte vapeur luy ſuc-
cedãte, & venãt à occuper les eſpaces des pores, les eſchauffe de
ſorte qu’elle les rẽd incõtinent sẽblables à ſon corps ardan@. Il y a
dauẽtage pluſieurs auttes carrieres ſur les finages des Tarquiniẽs
en la cãpagne de Naples, leſquelles ſõt dites Anitiennes, pa@eilles
en couleur à celles d’Albe: & s’ẽ treuue de grãds atteliers en@irõ
le Lac de Bolſene, & en la preuoſté de Statonique. Celles là ont
desproprietés infinies: cõſideré que la rigueur desgelees, n’y l’at-
touchement de la ſlãme, ne les peuuẽt corrõpre: mais demeurẽt
en leur entier, & partant ſont de bien longue duree. La raiſon eſt
qu’elles, en leur mixtion naturelle, ont peu d’air & de feu, mais au
contraire contiennent beaucoup d’humidité & de terreïté, qui
les rend tellement ſolides, que les rauines ou orages, n y la violẽ-
ce du feu, ne leur peuuent faire mal.

Celà peut on juger par les fragmẽts d’antiquité qui ſõt enuirõ

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer