Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

DE VITRVVE. en noſtre Architecte.

Cõſideré donc qu’ẽ mõ premier liure je penſe auoir ſuffiſãmẽt
parlé du deuoir de l’art: en ceſtuy-cy je deduiray la naturalité des
matieres, & leurvſage: mais je ne m’eſtendray à dire d’où l’Archi-
tecture a pris naiſſãce, ains cõme les origines des edifices ont eſté
diſtincts & inſtitués: puis pourſuyuray par quelles raiſons elles ont
eſté entretenues: & finablemẽt cõme elles ſont paruenues de de-
gré en degrê à la perfectiõ où lõ les voit à ceſte heure. Et celà fe-
ra que la cõſtitutiõ de ce volume ſera trouuee bõne en ceſt ordre.

Maintenãt je retourne à mon propos, pour traicter des matie-
res conuenables à la ſtructure des maiſonnages, & cõme il ſemble
qu’elles ont parNature eſté procreees à ceſt effet: puis de quelles
mixtions de principes les concurrences ſont temperees, à fin que
celà ſoit de facile intelligence aux lecteurs: Car, à la verité, nulles
eſpeces, aucuns corps, ny autres choſes ne peuuent naiſtre en ce
monde ſans aſſemblce de principes, qui ne peut entrer en l in-
telligence des hommes vulgaires, d’autant que la Nature ne per-
met que par les traditions de Phyſique lon en puiſſe donner ex-
plications veritables, ſi preallablemẽt les cauſes qui ſont en elles,
ne ſont demonſtrees par ſubtilité de raiſons, donnant à entendre
comment celà ſe peut faire, & à quelle fin elles ſont procreees.

42. Des commencements des choſes ſelon les opinions des Philoſophes.
Chapitre II.

LE Philoſophe Thales Mileſius fut le premier qui dit
que l’eau eſtoit cõmencemẽt de tout. Apres, Heracli-
te d’Epheſe (lequel pour l’obſcurité de ſes eſcrits, fut
par les Grecs ſurnõmé Scotinos) debattit que c’eſtoit
le feu. Cõſequẽment Democrite, & Epicure ſon ſucceſſeur, furent
d’opinion que c’eſtoyẽt les Atomes, que aucuns de nos Latins ap-
pellent corps impartiſſables, & les autres indiuiſibles. Ce neant-
moins la diſcipline des Pythagoriſtes adjouſta à l’eau & au feu,
l’air, & la terre. A ceſte cauſe nonobſtãt que Democrite n’ayt ap-
pellé les choſes par nõs propres, ains ſeulement propoſé les corps
indiuiſibles: ſi eſt-ce qu’il ſemble auoir cõpris toutes ces opinions
en la ſienne, pourautant que quand les ſemences des choſes ſont
deſioinctes, nul n’a puiſſance de les aſſembler. Auſſi elles ne ſont

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer