Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

DE VITRVVF. l’ordre, ay deduit la maniere de baſtir & y diſtribuer les temples
ou maiſons ſacrees, auec les edifices tãt particuliers que publics,
donnant raiſon de quelles proportions & ſymmetries telles ſtru-
ctures doyuent eſtre: il me ſemble raiſonnable de parler mainte-
nant de quelles matieres, par quelles voyes & raiſons d’edifier, vn
baſtimẽt ſe doit parfaire: pource qu’il faut, auãt toute oeuure, ex-
poſer quelles proprietés ont ces choſes, & dire de quels principes
naturels elles ſont tẽperees. Si eſt ce qu’auant me mettre en ces
naturalités, je traicteray de la façõ des maiſonnages, diſant quels
ont eſté leurs principes, & par quelle voye leurs inuentions furẽt
augmentees. Puis-enſuyuant les traces de l’antiquité, meſmes de
ceux qui par leurs eſcrits ont eſtabli les commencements de la
vie politique, & trouué des fantaſies ſingulieres, expoſeray ce dõt
jay congnoiſſance, ainſi que je l’ay d’eux appris.

41. De la vie des premiers hommes: des principes d’humanité &
d’ Architecture: enſemble de l’augmentation d’icelle.

Chapitre I.

ANciennement les hommes prenoyent naiffance
comme beſtes ſauuages, en bois, cauernes, & fo-
reſts: où ils ſe nourriſſoyent de viandes ſauuages,
viuans preſque brutalement. Or aduint-il qu’en
cerrain lieu les arbres furent agitês par tourbil-
lons & orages, en ſorte que leurs branches & ra-
meaux s’entrefroiſſans l’vn contre l’autre par terrible impetuo-
ſite, exciterent vne grande flamme de feu, dont ceux qui eſtoyẽt
à l’entour furent merueilleuſement eſpouuantés, & s’enfoïrent, à
cauſe de la viſion non accouſtumee, mais eſtant icelle flamme
aucunement appaiſee, ils ſe rapprocherent peu à peu de plus
pres, & ſentirent de ceſte chaleur vne grande commodité pour
leurs perfonnes: à l’occaſion dequoy amaſſerent d’autre bois
qu’ils jecterent au brazier pour l’entretenir: & y amenans les vns
les autres, ſe prindrent à declarer par ſignes, quelles vtilités ils en
receuoyent. Ainſi donques à ceſte aſſemblee d’hommes illeur
ſortit du gozier quelques voix, autrement de l’vn, autrement de
l’autre: & par la continuelle frequentation qu’ils eurent enſem-
ble, conſtituerent les noms des choſes qui leur eſtoyent plus en
vſage, & dont ils auoyent plus à faire, en maniere qu’ils ſe peurent

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer