Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

DE VITRVVE. qu’elle fera l ombre d’apres Midi pareille à celle du deuant, vous
marquerez là vn autre poinct: & apres diuiſerez ce rond en par-
ties egales meſurees auec le Compas, & tirerez vne ligne droite
de l’vn de ces poincts juſques à l’autre, en paſſant par deſſus le
centre, à fin de cognoiſtre les regions de Midi & de Septentrion: puis prendrez la ſeizieme partie de toute la circõference, & met-
trez le cẽtre en la ligne de Midi qui touche la rõdeur du cercle, & marquerez ſur ceſte là des poincts à dextre & à ſeneſtre: & autãt
au Midi & au Septentrion: puis de ces quatre points vous tirerez
des lignes correſpondantes d’une extremité juſques à l’autre en
paſſant par deſſus le centre: & par ce moyẽ vous aurez la huictie-
me partie de la deſignation qui doit eſtre entre Auſter & Septen-
trion. & pour accomplir les parties reſtantes, vous en diſtribuerez
egalement trois à droit, & trois à gauche, en ſorte que la diuiſion
des huict Vents principaux ſoit juſtement deſignee en la deſcri-
ption: puis vous verrez comment deuront eſtre conduites & me-
nees les exhalations d’iceux Vẽts par les angles eſtãs entre deux
de leurs ſituations. Et par ceſte diuiſion ainſi raiſonnablement
faicte, la force ennuyeuſe de ces Vents ſera deſtournee des mai-
ſons & des rues: car quand les places de la ville ſeroyent droite-
mẽt tournées au ſoufflement impetueux, recõmenceant ſouuen-
tesfois, & procedant de la ſpacieuſe concauité du Ciel, s’il ſe trou-
uoit clos dans les deſtroits des rues, il pouſſeroit de beaucoup
plus grande viuacité.

Parquoy faut tourner les entrees & iſſues de ces rues à l’encõ-
tre de la venue de ces Vents, à fin que leurs violences ſoyent re-
pouſſees & aneanties par les coins des maiſons inſulaires, c’eſt à
dire qui ne touchent en rien aux autres.

Parauanture ceux qui congnoiſſent plus grand nõbre de vents,
s’eſmerueilleront de ce que je ne parle que de huict: mais quand
ils vi endront à conſiderer que Eratoſthenes Cyrenien a trouué
par le cours du Soleil, ombres de l’aiguille equinoctiale, inclinatiõ
du Ciel, raiſons de Mathematique, & methodes de Geometrie,
que la circuitiõ de la terre n’a ſinon deux cens cinquãte & deux
mille ſtades, qui font trois cents fois quinze cents mille pas, ils ne
ſe deurõt esbahir ſi vn vẽt vagãt par ſi grãd eſpace, fait en ſes re-
uolutiõstãt de diuerſités de ſoufflemẽts: car enuirõ Auſter à droict
& à gauche, ont accouſtumé de vẽter Leuconotus & Altanus: enui
ron Aphricus, Libonotus et Subueſperus: enuiron Fauonius, Ar-

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer