Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

PREMIER LIVRE té deshabitans, je dy en outre, que la region ou contree doit eſtre
abondãte en fruicts & victuailles pour la nourriture du peuple, & que les voyes ou grands chemins, cõmodités de riuieres, & cours
de la marine, doyuent eſtre faciles, pour y pouuoir apporter tou-
tes prouiſiõs: & encores en pourſuyuant matiere, je diray par quel
art ſe pourront faire les fondements des tours & des murailles. C’eſt que lon les creuſe juſques à la terre ferme, s’il eſt poſſible la
trouuer: & ſur ceſte fermeté lõ les face de largeur relle que le be-
ſoing de l’œuure le requiert, à ſçauoir plus ample que pour la mu-
raille qui doit eſtre leuee ſur terre: & l’ouuerture ſoit remplie de
bon moilon, bloccage, ou pierre dure. Au regard des tours, il les
faut jecter en dehors, à fin que quand l’ennemi voudroit impe-
tueuſement venir juſques à la muraille, il en puiſſe eſtre chaſſé à
coups de traict par les coſtés d’icelles tours ouuerts autãt à droit
qu’à gauche. Et faut ſur toutes choſes aduiſer à ce que lõ ne puiſ-
ſe facilemẽt venir à forcer ladite muraille, ains doit-on tout à l’ẽ-
tour cauer des grands foſſés, & lieux ruineux, meſmes donner or-
dre que les entrees des portes ne ſoyent droítes, ains gauches ou
tortues: car ſi lon fair ainſi, le coſté droit de l’aſſaillant, qui ne ſera
couuert de ſa rondelle, ſe trouuera prochain de la muraille dont
il pourra eſtre offenſé. Il ne faut auſſi faire les aſſiettes des villes
en quarré, n’y d’angles trop ſaillans en dehors, mais tournoyans, à
fin que de pluſieurs endroits lõ puiſſe choiſir l’ennemi. Et à la ve-
rite celles qui ſont d’angles trop eſtẽdus, ſont mal aiſees à defen-
dre, pource que le coing ſert plus à l’ẽnemi, qu’il ne fait au citoyẽ.

Ie ſuis d’opinion que lon face la groſſeur du mur tant eſpaiſſe,
que les gents de guerre, allans & venãs par deſſus, puiſſent paſſer
ſans empeſchement les vns des autres: & que dedans ceſte eſpaiſ-
feur y ayt pres à pres des barres d’Oliuier bruſlees, & entr’encla-
uees à fiches du meſme bois, à fin que les deux frõts de la murail-
le liés & eſtraints l’vn à l’autre comme par ranguillõs de boucles,
puiſſent auoir fermeté perpetuelle: car tempeſte, moiſiſſure, ny
vieilleſſe ne peuuẽt endommager telle matiere, ains ſoit ou cou-
uerte de terre, ou plantee en l’eau elle demeure à jamais ſans em-
pirer. Parquoy non ſeulement tel mur, mais auſſi ſes fondements,
ou autres parois que lon voudroit faire de meſme groſſeur, ne ſe-
ront de long temps ruïnees ſi lon les fait lier en ceſte ſorte.

Au regard des interualles ou diſtãces des tours, elles ſe doiuẽt
diſpoſer par tel ordre, que l’vne ne ſoit aſſize à plus d’vn ject d’arc

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer