Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

DE VITRVVE. battre les habitans de vapeurs chaleureuſes, à raiſon que eſtant
les corps des hommes compoſés de chaleur, humidité, terre & air, que les Grecs en vn ſeul mot appellent Stoicheia, c’eſt à dire
commencements de tout: & que par ces mixtions auec tempera-
ture naturelle ſont toutes qualités d’animaux formees en ce mõ-
de, chacune ſelon ſon eſpece: quand par fois la chaleur eſt exceſ-
ſiue en aucun de ces corps, elle tue la creature, diſſoluant & anni-
chilant par ſa vehemence toutes les autres parties de la premiere
cõpoſition. Or eſt-il que le Ciel extremement chaud en aucunes
contrees, eſt cauſe efficiẽte de œ mal: car il penetre par les pores,
autrement ouuertures des veines, plus qu’il ne ſeroit conuenable,
& diſſipe les mixtions faictes par temperature naturelle. Pareille-
ment ſi l’humeur trop abondant vient à occuper les concauités
des veines, tant qu’il les rende enflees & mal pareilles, tous les au-
tres cõmencements ſont ſuffoqués & noyés par la corruption de
ceſte liqueur exceſſiue, en ſorte que les vertus de la compoſition
ſont diſſoultes & confondues. Auſſi (certes) aduient il beaucoup
d’inconuenients aux perſonnes tant par les refroidiſſements des
humeurs, que par les changements ou du vent, ou de l’air: & par
meſme voye, quand les compoſitions aërienne & terreſtre ſe viẽ-
nent à augmenter ou diminuer en vn corps naturel, car celà de-
bilite tous les autres principes, à ſçauoir la terreſtre par la reple-
tion des viandes, & l’aërienne par vne trop peſante diſpoſition du
Ciel.

Si donc quelqu’vn ſe delecte à conſiderer plus ſubtilemẽt ces
choſes, Ie ſuis d’aduis qu’il examine la nature des poiſſõs, oiſeaux,
& beſtes viuantes en la terre: & en ce faiſant il verra les differẽces
des temperatures, meſmes que l’eſpece des oiſeaux a ſa mixtion
propre, celle des poiſſons la ſienne, & les beſtes terreſtres vne au-
tre toute differente. Qu’il ſoit vray, les oiſeaux en leur compoſi-
tion ont beaucoup d’air, peu de terre, moins d’humidité, & de la
chaleur temperement: qui fait que le voler leur eſt facile parmi
l’impetuoſité de l’air, comme eſtans cõpoſés de ſubtils & legiers
principes. Les poiſſons ont vne chaleur tẽperee, beaucoup d’air,
beaucoup de terre, & bien petite portion d’humeur. Ainſi dautãt
qu’ils en ont moins, d’autant durent ils plus aiſement en l’eau: & de là vient que quand on les attire à terre, ils perdent la vie quãt
& l’humidité. Mais pour dire des beſtes terreſtres, leurs principes
ſont temperés d’air & de chaleur. Elles ont peu de terre, & force

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer