Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

DE VITRVVE. tee pour repouſſer les aſſauts & impetuoſités des ennemis.

L’autre appartenante à la religion, eſt celle, qui comprend les
contours des edifices ou temples dediés aux Dieux immortels,
auecles autres maiſons ſacrees.

Puis la troiſieme ſeruant à l’uſage du Commun, eſt la diſpoſi-
tion ou bonne ordonnance de tous les lieux publics, comme ſont. ports, halles, portiques ou places à ſe promener, bains, eſtuues,
theatres, & autres ſemblables, qui pour appartenir à l’vtilité du
populaire, ſont deſtinés en lieux communs. Ceux là ſe doyuent
faire en ſorte qu’ils ſoyent fermes, durables, & plaiſans à la veuë. Sans point de faute ils ne ſçauroyent eſtre que bien ſolides, ſi lon. caue les fondements juſques au tuf, ou lict de terre ferme, & ſi lõ
fait bonne & curieuſe election de la matiere que lony deura met-
tre, ſans l’eſpargner par auarice.

Ils ſeront vtiles & durables, ſi leur diſpoſition ou aſſiette eſt ſi
ſagement ordonnee, qu’ils n’empeſchent aux autres places qui
ſont en vſage, & ſi lenr diſtribution eſt telle que chacun d’eux
ſoit mis en quartier ou region propre à ſa qualité.

Pareillement ils ſe monſtreront beaux, ſi la façon de leur ou-
urage eſt aggreable aux regardans, & que la meſure des membres
ayt ſes iuſtes raiſons de ſymmetrie.

34. De l’election des lieux ſalutaires: quelles choſesnuiſent à la
ſanté, & de quelles parties du Ciel faut receuoir
dans les maiſons la lumiere du jour.

Chap. IIII.

AVant que commencer les murailles, premieremẽt
eſt beſoin d’eſlire vn lieu propre & ſalutaire. Mais
pour le mieux ſpecifier, ie dy qu’il le faut vn petit
releué, comme ſur vn tertre, non en gros air,
ny ſubject à bruïnes, mais regardant les regions
du ciel non trop chaudes, ny trop froides, ains
temperees: ſemblablement non voiſin de marais: car quand
les petits vents du matin, qui ſe lieuent auec le Soleil, par-
uiendront juſques à la ville, & les nuees iſſues des Vapeurs ſe ſe-
ront joinctes auec eulx, meſmes que les halaines infectes des
beſtes mareſcageuſes, meſlees auec ces nuages, viendront à ren-
contrer les corps des habitans, elles les rendront ſubjects à
grieues maladies. Pareillement ſi leſdicts murs ſont ſrtués au long

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer