Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

Auguſte, par lequel il fut employé à l’appareil des arbale-
ſtes, ſcorpions, & autres machines, auec M. Aurelle, P. Mi-
mide (que quelques manuſcrits appellent Numidic,) & Cn. Corneille: & pour raiſon de celuy fut conſtituee pẽ-
ſion annuelle tandis qu’il viuroit. Eſtant eſueillé & ac-
couragé par ceſte munificence & liberalité, comme il le
teſmoigne en ſa premiere preface, il eſcriuit & enſeigna
tout ce qui appartenoit à la ſcience de baſtir, & le dedia à
Auguſte, reduiſant le tout en dix liures, ainſi qu’il le teſ-
moigne ſur la fin de toutl’œuure: à fin que perſonne neſe
trompe s’imaginant qu’il y euſt vn onzieme liure, qui ne
continſt autre choſe que les figures mentionnees aux dix
liures: ſous õbre que parlãt deſdites figures il dit qu’il les
a deſpeintes à la fin du liure: Mais celà ſe doit entendre, à
la fin de chaque liure. Qu’il ayt eſté bien nay, & d’vn bel
eſprit, le ſeptienie, neufieme & dixieme liure en font foy. Volaterran eſcrit au quatrieme liure de ſa Geographie,
que l’an 1494. on treuua en vn certain monaſtere pre-
mierement de Bobio, vn liure de Vitruue, qui trai-
ctoit des hoxagones, heptagones, & autres ſẽ-
blables. C’eſt tout ce qu’on a peu re-
cueillir touchant Vi-
truue.

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer