Full text: Belidor, Bernard Forest: La science des ingenieurs dans la conduite des travaux de fortification et d' architecture civile

LA SCIENCE DES INGENIEURS, tipliées par la même ligne TZ, quand on voudra former les équa-
tions des poids & des puiſſances par leur bras de léviers, on ſe con-
tentera d’ajouter chacun de ſes produits avec {aac + 2acd/2} + {ddc/3}
ainſi nommant x, la puiſſance qui ſera en équilibre avec le premier
revêtement des contreforts AB, l’on aura {aa + 2ad/2} + {dd/3} + {2hq + 3hn/6}
= x, nommant y, celle du revêtement dont les contreforts ſeront
comme CF, l’on aura {aa + 2ad/2} + {dd/3} + {3hq + 5hn/9} = y, enfin nom-
mant z, la puiſſance qui eſt en équilibre avec la réſiſtance du
revêtement, dont les contreforts ſont comme HK, l’on aura
{aa + 2ad/2} + {3hq/3} + {3hq + 4hn/9} = z, par conſéquent ſi on donne des
valeurs en nombre aux lignes qui ſont exprimées par les lettres qui
compoſent les premiers membres des équations précédentes, il ſera
aiſé de connoître le raport des trois puiſſances, x, y, z, qui fera
voir de combien ces revêtemens ont plus de force les uns que les
autres.

Il ſuit de tout ce que l’on vient de voir, que ſi l’on veut faire
des revêtemens qui ayent la même hauteur, & des pouſſées égales
à ſoûtenir, que pour les mettre en équilibre, on ſera contraint de
donner plus d’épaiſſeur au ſommet de ceux qui auront leurs con-
treforts comme HK, que s’ils les avoient comme CF.

Je ne ſais par quelle raiſon on fait ordinairement les contreforts
des revêtemens de fortification plûtôt comme HK, que comme
CF, ſi ce n’eſt pour les lier davantage à la muraille, puiſque ſi l’on
en excepte ce motif qui eſt de conſéquence, ſur-tout quand on n’a
pas de bons matériaux, on ne peut pas douter qu’il ne faille beau-
coup plus de maçonnerie, ſelon la premiere maniere, queſelon la ſe-
conde, pour faire le même effet: il y en a qui veulent que ce ſoit
pour diminuer la pouſſée des Terres; mais c’eſt une erreur, puiſ-
qu’elles agiront de même, de quelque façon que les contreforts
ſoient, comme il eſt aiſé de le prouver. D’autres prétendent que
c’eſt afin qu’ils ſoûtiennent plus long-tems la violence du Canon
quand on bat en brêche, & qu’ils empêchent que la chemiſe d’un
Ouvrage ne ſoit pas ſi-tôt ruinée: cette raiſon n’eſt pas meilleure que
la précédente, comme on le va voir.

Supoſant que la muraille ait été ruinée juſqu’à la racine des con-
treforts, on ſait bien que quand les batteries des aſſiégeans en ſont
là, les contreforts ne ſont pas un petit obſtacle à l’avancement de

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer