Full text: Belidor, Bernard Forest: La science des ingenieurs dans la conduite des travaux de fortification et d' architecture civile

LA SCIENCE DES INGENIEURS, les Roys ſucceſſeurs de François I. la reçûrent avec tant d’acueil,
& donnerent tant de marques de leurs bienfaits à ceux qui la culti-
voient, qu’on vit en peu de tems des morceaux dignes des plus
grands Maîtres; & les choſes en ſont venues à ce point, que ſi les
Romains du tems d’Auguſte pouvoient renaître, ils viendroient en
France, pour y admirer ce qu’on ne trouvoit autrefois que chez
eux.

Quoique j’aye ſuivi Vignole par préférence à cauſe de l’extrême
facilité de ſes meſures, je n’ai pas laiſſé, ſans vouloir m’écarter de
ſes ſentimens, de tirer des autres ce qui pouvoit corriger ou per-
fectionner certaines parties que cet Auteur avoit negligé ou rendu
équivoques par le peu d’étenduë qu’il donne à l’explication de ſes
principes; je n’ai pas voulu non plus comme lui me borner aux
cinq Ordres, j’ai crû qu’il étoit à propos de les accompagner de tou-
tes les regles particulieres qui pouvoient y avoir raport, pour ren-
dre ce ſujet auſſi inſtructif qu’on peut le ſouhaiter dans un ouvrage
comme celui-ci, dont le principal objet n’eſt point de faire des
Architectes, mais des Ingenieurs capables de tout ce qui regarde
leur métier.

Quoique le mot d’Ordre en general puiſſe s’apliquer à une infinité
de choſes differentes, pour ſignifier qu’elles ſont dans l’arangement
qui leur convient, les Anciens l’ont affecté particulierement à
l’Architecture, pour exprimer l’harmonie de pluſieurs parties, qui
par leurs diſpoſitions font un tout qui plait, & ſurprend agréable-
ment le coup d’œil: & comme les moulures & les ornemens dont
on ſe ſert peuvent s’employer de diverſes manieres, & en plus ou
moins grande quantité, les Ordres ont été réduits à cinq, ſavoir le
Toſcan, le Dorique, l’Ionique, le Corinthien, & le Compoſite.

Les Grecs, qui ont inventé les Ordres, n’en ont jamais eu que
trois, le Dorique, l’Ionique, & le Corinthien: les deux autres,
c’eſt-à-dire le Toſcan & le Compoſé, ont été imaginés par les Ro-
mains, qui n’en ont pas fait eux-mêmes grand cas; puiſqu’au raport
de pluſieurs Auteurs célebres, il reſte peu de veſtiges de l’Ordre
Toſcan, parce qu’ils l’ont trouvé trop groſſier, & n’ont point em-
ployé ſeparément le Compoſé, ayant toûjours donné la preference
au Corinthien: en effet, il eſt bien mieux proportionné; car, comme
le remarque Scamozzy, le chapiteau de l’Ordre Compoſite eſt
trop maſſif, & ne s’accorde point avec la délicateſſe des autres par-
ties. Mr. de Chambray, dans ſon Paralelle de l’Architecture antique
avec la moderne, ſepare abſolument les trois Ordres Grecs des
deux Romains, & fait voir avec beaucoup de diſcernement, com-

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer