Full text: Belidor, Bernard Forest: La science des ingenieurs dans la conduite des travaux de fortification et d' architecture civile

LA SCIENCE DES INGENIEURS, mité au dehors d’un bâtiment, & celles qui ſont ſur le courant du
comble & iſolées doivent être les plus égales en groſſeur, avec le plus
de ſimetrie qu’il eſt poſſible, toutes de pareille hauteur, obſervant
qu’elles ſurmontent le faîte de 3 pieds: leur fermeture doit être
d’environ 4 à 6 pouces de jour, pour l’échapé de la fumée, ſur
la longueur proportionnée à celle du tuyau, avec un petit adou-
ciſſement au-deſſus.

Les eſcaliers faiſant une des principales parties des bâtimens,
il y auroit beaucoup de choſes à dire ſur le choix de leur place,
leur grandeur, & leur figure, ſur-tout dans un tems, où il ſemble
qu’on ne peut rien ajoûter à ce que l’on a fait de merveilleux dans
ce goût-là. Eſt-il rien de plus beau que de voir des eſcaliers qui ſe
ſoûtiennent d’eux-mêmes en l’air, par l’admirable invention que l’on
a trouvée de les évuider dans le milieu? J’avouë, que j’aurois eû un
extrême plaiſir à traiter ce ſujet, pour examiner, avec autant de
préciſion qu’on le peut, le Mécaniſme qui doit regner dans la coup-
pe des pierres, pour y trouver les limons & les apuis en courbe
rempante, afin que tout puiſſe s’aſſembler & ſe ſoutenir, ſans y
employer d’autre matiere que [?] la pie [?] rre [?] même; mais, comme cela
m’auroit mené trop loin, je me contenterai de raporter quelques
regles generales, qu’on doit obſerver dans la conſtruction des eſca-
liers ordinaires, d’autant que ceux, qui ſe pratiquent pour la com-
modité des édifices militaires, n’ont rien de commun avec la ma-
gnificence de ceux qui peuvent avoir lieu dans les grands édifices.

Pour ne rien interrompre dans la ſuite des apartemens du de-
dans du corps de logis, on faiſoit autrefois des eſcaliers, au mi-
lieu de la face en dehors, dans des tours ſeparées; mais, comme
ces tours defiguroient la ſimetrie exterieure, on a jugé plus à pro-
pos, par la ſuite, de les placer en dedans, au milieu du corps de
logis, pour donner la communication à deux apartemens ſeparés
à droit & à gauche: là, ils étoient bien en vûë & bien éclairés, ne
gâtoient rien à la décoration; & lors qu’il s’agiſſoit d’un bâti-
ment ſimple & de peu de profondeur, il ſuffiſoit d’avancer de part
& d’autre un avant-corps de la largeur de l’eſcalier, ſur chacune
des faces, pour trouver aſſés de longueur aux rampes, que l’on
faiſoit ordinairement doubles, afin que pratiquant un paſſage ſous
le premier palier, à l’endroit de la ſeconde rampe, l’on pût com-
muniquer de la cour au jardin: cette avance, que l’on faiſoit dans
le milieu du corps de logis pour placer l’eſcalier, donnoit tant de
grace au bâtiment, & rendoit l’eſcalier ſi commode, que je ne crois
pas que l’on puiſſe mieux faire, que de ſuivre cet uſage; quoique

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer