Full text: Belidor, Bernard Forest de: Nouveau cours de mathématique à l' usage de l' artillerie et du génie

DE MATHÉMATIQUE. Liv. XVI. une ſuppoſition de convenance, même en admettant la ma-
tiere ſubtile de M. Deſcartes, qui les traverſe continuellement: car il faudroit, ce me ſemble, avoir démontré que cette ma-
tiere ſubtile ne peut ainſi paſſer par les milieux des fluides ſans
les mettre en mouvement; ce qui eſt préciſément l’état de la
queſtion. D’ailleurs il me paroît que pour expliquer d’une
maniere auſſi ſatisfaiſante les mêmes effets, on n’a beſoin que
d’une tendance au mouvement, commune à toutes les parties
ſoumiſes au poids de l’atmoſphere. Quant aux différentes diſ-
ſolutions, ne peuvent-elles pas s’expliquer auſſi par la différence
des parties de chaque fluide en particulier? Au reſte ce même
ſyſtême, qui n’eſt pas nouveau, pourroit nous mener à des
diſcuſſions trop longues & étrangeres à notre objet. Il nous
ſuffit d’avoir expliqué ici ce que nous entendons par fluide,
ſans vouloir définir la nature de toutes les parties de chaque
fluide en particulier, ce qui a plus de rapport à la chymie qu’à
l’hydraulique ou l’hydroſtatique.

1132. Définition II.

1124. On appelle peſanteur ſpécifique de deux ou de pluſieurs
fluides ou corps en général, le poids de chacun de ces corps
meſurés ſous un même volume. Ainſi ſi un corps peſe 3 livres
le pouce cube, & un autre deux livres le pouce cube, les pe-
ſanteurs ſpécifiques de ces corps ſont comme 3 à 2.

Quand les volumes ſont inégaux, il faut pour connoître
les peſanteurs ſpécifiques les réduire à un même volume: Par
exemple, ſi un corps peſe 12 livres ſous un volume de 3 pouces
cubes, & un autre 16 livres ſous un volume de deux pouces; pour avoir les peſanteurs ſpécifiques de ces mêmes corps, il
faudra chercher le poids d’un pouce cube de chacun; le pre-
mier donnera 4 livres le pouce cube, & le ſecond 8: mais ces
nombres ſont ceux qui viennent en diviſant les poids par les
volumes. On peut donc dire en général que les peſanteurs ſpé-
cifiques de pluſieurs corps ſont comme les poids diviſés par les
volumes, ou en raiſon compoſée de la raiſon directe des poids
& de la raiſon inverſe des volumes; ce qu’il eſt fort aiſé de
reconnoître: car il eſt évident que plus un corps aura de poids
ſous un même volume, plus ſa peſanteur ſera grande, & plus
il aura de volume pour le même poids, moins il aura de pe-
ſanteur ſpécifique.

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer