Full text: Belidor, Bernard Forest de: Nouveau cours de mathématique à l' usage de l' artillerie et du génie

NOUVEAU COURS d’une carte, ceux qui conduiſent le travail doivent envoyer
des perſonnes entendues dans les Villages pour lever leurs
ſituations, leurs figures, la forme des rues, la poſition des fon-
taines, s’il s’y en trouve, des carrieres, des montagnes, col-
lines & vallons, qui peuvent ſe rencontrer dans les environs. On réduit chaque village ſur l’échelle de la carte; & pour les
rapporter, on a ſoin que l’Egliſe ſoit poſitivement au point qui
eſt marqué ſur le canevas, parce que ces points ſont ordinai-
rement des clochers & des tours. Pour les Villes, on fait en-
ſorte d’en avoir les plans, qu’on réduit à l’échelle de la carte. Quand il ſe rencontre des bois ou des forêts, l’on commence
par lever exactement les villages & les hameaux qui ſont les
plus proches, pour avoir des baſes, qui ne ſont autre choſe
que la diſtance d’un lieu à un autre, deſquels on forme un eſ-
pece de polygone qui entoure le bois: après quoi il eſt aiſé de
rapporter à ce polygone un nombre de points, qui marquent
les limites du bois, pour en tracer enſuite à la vue la figure
extérieure, quand il ne s’agira que de quelque ſinuoſité peu
conſidérable, Après cela, il faut entrer dans le bois pour y
conſiderer les principaux chemins, les ruiſſeaux, les fontaines,
les maiſons & les châteaux qui pourroient s’y rencontrer. Toutes
ces choſes doivent être levées avec le plus de préciſion qu’il eſt
poſſible. Pour cela l’on ſe donne des points de poſition que
l’on prend dans les bois, par des opérations que l’on fait ſur
quelque éminence hors du bois. Ces points de poſition ſont
ordinairement des clochers, des châteaux, ou bien quelques
grands arbres qui ſe font diſtinguer au deſſus des autres: & lorſqu’on eſt une fois parvenu à la connoiſſance de quelqu’un
de ces points, l’on peut, ſans aucune difficulté, orienter les
différens endroits qui ſe trouvent dans le bois, à l’aide des
poſitions connues.

781. Application de la Trigonométrie à la Fortification.

741. Quand on veut tracer une fortification ſur le terrein,
il eſt abſolument néceſſaire de connoître toutes les lignes & les angles qui en compoſent le projet; & comme cette con-
noiſſance doit être la plus exacte qu’il eſt poſſible, il ne con-
viendroit pas que l’on ſe ſervît du compas pour trouver avec
l’échelle les lignes que l’on ne connoît pas, non plus que du

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer