Full text: Ufano, Diego: Artillerie, ou vraye instruction de l' artillerie et de ses appartenances

De l’ Artillerie. retient l’auantrain, eſt appelé Politrain ou furaçon. La garniture ou reueſture de ce pertuis
s’appelle floretton ou Chapitton, & d’icelle dépend vn anneau de fer, dont la retenuë en-
uironne toute la garniture de ladite trauerſe. De meſme garniture eſt auſſi fortifiée la tra-
uerſe de la teſte & celles de la couche & de la culatte, où la piece repoſe ſur les coings de
bois, toutes affermies par ſemblables boulons. Les garnitures d’enhaut, & d’embas des
cuiſſes, s’appellent platu ou planches: qui ſont toutes attachées de bas en haut par le
moyen de gros boulons, comme ceux des trauerſes, trauerſans le milieu & cœur du bois
de haut embas, & leſdits boulons tous ſont de teſte, iuſques à ceux qui viennent ſur les lu-
mieres ou tourillonniers pour enclorre les tourillons. Et ceux-cy ſont appelez boulons
d’eſquille, pource qu’en vn bout ils ont comme vn pertuis d’eſquille, auqnel comme nous
auons dit cy-deſſus, par le moyen d’vne petite cheuille de fer dependante d’vne petite
cheuille attachée au coſté du fuſt du bois, ils ſont affermis & eſtraints. Le boulon qui vient
à tomber à la lumiere du tourillon, ſur lequelle tourillon de la piece en tirant reſulte, eſt
appelé, le boulon de couſſin, pource que pour deffence du fuſt en celieu il tient vn gros
fer en forme de couſſin, ſur lequel ſe fait le coup.

La garniture qui enuironne la teſte de chacune cuiſſe, eſt appelée le teſteron. Et la
brague ou forgeron eſt cette lame de fer, qui par dehors enuironne le bois de chacune
cuiſſe; & paſſée de ſes boulons trauerſez, comme on voit és trauerſes, aye à ſerrer ou rete-
nir les cuiſſes enſemble. Et cette planche ou lame eſt requiſe entre les fuſts des canons
& demy canons, pour les faits durables. Les crochets qui ſont auec vne longue lame de
fer, cloüez & attachez au teſteron, dont on ſe ſert pour y mettre les cordes à la main,
quand on en veut tirer les pieces, ſont appellez ganches ou grafions. A ſaline ou oialette
eſt l’enchaſſure ou ouuerture de chaque pied du fuſt en laquelle l’axe eſt enfermé ou en-
chaſſé.

Lieutenant. Certainement i’ay pris vn ſingulier plaiſir d’entendre ainſi par le menu
& la diuerſité des membres du fuſt, & leurs noms: voyons auſſi ceux del’axe.

Canonnier. I’ay trouué auſſi dix membres & noms diuers. L’axe eſt tout le corps: mais il y a auſſi les bras, le chaperon, la couuerture ou manche, le leſart, lame, les baltons,
bracques ou viſagrons, qui ſerrent l’axe auecle fuſt, qu’il neſe puiſſe deſtourner à aucune
part; les chauetilles, les oials, les broches, les ciuittelles ou broquins. Meſmes auſſi és
rouës, puis il y a treize membres diuerſement nommez. Il y a le nom general de rouë, puis
il y a le moyeu, teſte ou limon, les cercles ou anneaux, les retenuës d’iceux, les tinelles,
les ſibitons, les brocaux, les rayons, les courbes, les andes, les brides les eſtriuieres, les eſ-
guillettes, les cloux.

Et pour retourner à noſtre propos de l’axe, ie dis que toutes les ſuſdites garnitures
ſeruent de le fortifier, pour ſupporter la grande charge & force de la piece qu’il porte. La
partie doncques qui entre és rouës, eſt appelée le bras. Le fer qui par enhaut couure le
bras, afin qu’il ne ſoit rongé de la rouë, s’appelle le chapperon, couuerte, leſard ou manche
de l’axe: & ſera proprement dit chapperon, s’il ſort du moyeu de la rouë pour enuironner
la pointe.

Lame de l’axe eſt ce long & gros fer, qui enchaſſé au bas de l’axe de l’vne à l’autre
pointe, ayant au bout de chacune vn pertuis par lequel les rouës y eſtant entrées, elles ſont
retenues par les cloux de fer, qu’elles n’en puiſſent reſſortir. Or ce fer aide à ſouſtenir le
grand poids & la force de la piece, quand elle eſt deſchargée, afin que l’axe ne ſe rompe
du grand coup, ou auſſi afin qu’il ne faille au chemin. Et au lieu de ce fer, on ſe ſert
aucunesfois de deux autres enchaſſez de meſme, chacun en ſon bras, entrans iuſques au
milieu de l’axe, ſur lequelil y a vn fort & gros cercle de fer, quil’enuironnant auec le bois
du fuſt, l’y tientferme, y eſtant bien cloüé, auec des cheuilles de fer ſans teſtes. Par les

Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer