Full text: Ufano, Diego: Artillerie, ou vraye instruction de l' artillerie et de ses appartenances

Premier Traicté faciliter l’affaire par cartuches, ou ſachets de toile) apres le coup fait, en eſt aſſez labo-
rieux & difficile.

La ſeconde longue & eſtroitte, eſt de telle qualité que i’oſe bien dire, qu’entre toutes
les pieces des anciens c’eſt la plus propre aux façons de la guerre. Dont encor pour le iour-
d’huy elle eſt fort vſitée, principalement és nauires, d’autant que ſa charge eſt ſi libre & facile. Car comme on voit en la figure, encor qu’eſtant de deux pieces, en ſorte que ſa
chambre notée A. qui eſt ou de fer ou de bronze, (le plus couſtumier eſt de fer) doit
eſtre miſe & enchaſſée en ſon lieu auſsi noté de meſme, le maniement en eſt toutes-
fois tres-facile. Car pour chacune piece on peut auoir 30. ou 40. de ces chambres char-
gées, & toutes preſtes pour les changer en lieu de celle qui eſt vuidée, où il n’y faut
non plus de temps que pour remettre la piece en ſon lieu, & affermir la chambre par
le moyen d’vne cheuille, qui paſſant les deux trous, notée B. prend auſsi la manche
de ladite chambre notée du meſme. De ces pieces on en trouue pluſieurs tant de
bronze que de fer. Mais ne ſont pas faites à certaine proportion, comme toutes les au-
tres: ſeulement qu’on ait eſgard que ſelon qu’elles ſont longues ou courtes de calibre
petit ou moyen, les chambres ſoient faites. Et peut-on bien remercier celuy qui les a
inuentées & miſes en œuure le premier, eſtant propre non ſeulement pour les façons
de guerre, mais auſsi, quant aux chambres, qui font auſsi grand bruit que toute la
piece, pour les ſaluts & feux de ioye. Toutesfois fautnoter que pour les ſaluts & autres
ſemblables paſſetemps elles ne ſoient chargées de poudre fine: car, comme l’experience
le monſtre, il en pourroit facilement aduenir du mal, duquel on n’a peur quand elles ſont
enchaſſées & affermies en leurs pieces. Elles ont deux noms, eſtant en Caſtille nom-
mées, pieças de Camera, & en Portugal appellées, pieças de Braga, de la forme deſdites
chambres.

10. CHAP. VI.
Deſcription de quelques fontes de la premiere, ſeconde & troiſiéme ſorte,
auec l’inſtruction touchant le renforcement ou amoindriſſe-
ment d’icelles. Fig. 2.

AYANT ſuffiſamment deſcrit quelques pieces de fer cognuës, deſquelles les an-
ciens ſe ſont ſeruis iuſques à ce qu’ils ont trouué la maniere de les fondre de
bronze: s’enſuit que ie declare auſsi qu’elle a eſté la forme & grandeur de celles
qui furent les premieres faites, & de quels noms elles ont eſté nommées. Quand donc aux
noms, ils les leur ont impoſez ſelon leurs effets, prenans touſiours la ſimilitude des beſtes
les plus cruelles & dangereuſes, comme dragons, baſiliques, couleuures, ſerpens, & oy-
ſeaux de proye, les plus violents qu’ils ſe ſont peu imaginer, comme ſacres, faucons, & autres ſemblables. Or toutes celles cy ſont de la premiere ſorte, y comprenant le mouſ-
quetere, mouſqueton, mouſquet, arquebuſe, la couleurine commune, moyenne, & quart
d’icelle.

En la ſeconde ſorte ſont contez le double canon, appellé réueille-matin ou ruine-mur,
le canon commun appellé ſiffleur, le demy canon dit treſbuchant, le petit canon dit ienta-
teur, auec quelques pieces baſtardes, que Dom I ean Maurice de Lara fit faire plus courtes
de tuyau que les communes, auſquelles les canonniers ont auſsi donné les noms, appel-
lansle Canſarebuffeur, le moyen canon bruyant, & le quart berraco, c’eſt à dire verrat,
entre leſquelles il y a encor quelques autres appellez demy ou moyens canons.

En la troiſiéme eſpece ſont compriſes toutes ſortes de pierriers, bombardes, grands & petits mortiers, chambres, petards, & autres ſemblables pieces nommées touſiours à la

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer