Full text: Ufano, Diego: Artillerie, ou vraye instruction de l' artillerie et de ses appartenances

De l’Artillerie. apres la droiture la ligne ſe va courbant en vn arc. Lequel d’autant qu’il participe encor
de la violence, mais en decadence eſt appelé motus mixtus, ou mouuement meſlé. Mais
le troiſieſme, qui commence dés la derniere pointe de ſon arc, où le boulet de ſon mouue-
ment naturel, cherchant ſelon ſa propre peſanteur, ſon centre & repos, en ligne droite & perpendiculaire, eſt appelé mouuement pur & naturel. Tous trois monſtrez en ladite figu-
re dés le commencement du violent, iuſques à la fin du naturel. Mais quand à l’autre que-
ſtion, n’en ayant ny experience ny addreſſe de quelque autheur qui en ait eſcrit, ſinon ce
que Nicolas Tarthalia en deduit. Ien’en pourrois auſsi donner plus entiere reſolution, re-
commandant & remettant le reſte aux eſprits plus curieux & vifs, inſques à ce que l’expe-
rience nous en enſeigne plus clairement.

45.1.

0093a-01
0095a-01

Gen. Ie ſuis auſsi d’opinion que la deduction en ſera bien difficile, d’autant qu’il n’y
en a aucune experience. Ne doutant toutesfois qu’on n’en aye fait quelque eſpreuue: car
ily a long-temps que i’en ay ouy diſputer, les vns ſe tenans forts pour l’auantage du boulet
d’enbas (qui m’ont auſsi attiré a leur party ) & les autres y contrediſans opiniaſtrement & conſtamment.

Cap. Si ainſi eſtoit que l’auantage fuſt du boulet d’enbas, dequoy ſeruiroient les
plattes formes & autres leuées de l’Artillerie, qui ſe font auec ſi grand trauail?

Gen. I’eſtime que cela ſe fait, non pas pour l’auantage de la plus longue portée,
mais pour tant plus librement commander & deſcouurir toute la campagne, auec tous les
deſſeins & aduenuës de l´ennemy.

Cap. Au ſurplus i’ay entendu d’vn qui longuement auoit pratiqué l’Artillerie,
qu’au ſiege de certaine ville, eſtant contraint de loger l’Artillerie quelque peu plus loing
d’icelle qu’on fait couſtumierement, on luy commanda d’eſſayer ſi d’vn demy-canon il
pourroit mettre le boulet en ladite ville. Et voyant qu’il ne pouuoit atteindre que les rem-
pars, il s’aduiſa d’eſleuer en haſte la platte forme, ſur laquelle ſa piece auoit eſté logée de ſix
pieds: & la y remettant & retournant à l’eſſay, il trouua que ſon boulet penetra enuiron de
800. pas dauantage en la ville, qu’il n’auoit fait auparauant: dontil appert que tant plus la
piece eſt eſleuée, d’autant eſt ſa portée plus lointaine.

Gen. Il faut que ie confeſſe d’auoir auſsi erré en ce poinct, combien que la choſe
meſme eſt de plus de curioſité que d’vtilité au fait de la guerre.

46. DIALOGVE X.
Comment pour battre vne place il faut loger l’Artillerie.

GEn. Les fraiz de la guerre eſtans ſi grands, il y a bien de la raiſon qu’on regarde de
les bien meſnager. Dont puis que les plus grands ſe font es batteries, ie vous prie
de me monſtrer quel ordre il y faut tenir, en ſorte que ſans manquer de bon effet,
on n’y employe toutesfois trop de munitions.

Cap. Bien mal pourroit-on reſoudre ce poinct, n’ayant point entiere cognoiſſance
de l’aſsiette & poſition du lieu, qui eſt la choſe principale qu’on y doit conſiderer, & qui de
tout le reſte enſeigne comment on s’y doit comporter.

Gen. Iele croy bien, cependant ſelon l’experience qu’en auez, ie n’ay nul doute
que ne me puiſsiez dire à peu prés, ce qui y ſeroit requis.

Cap. Vne place peut eſtre attaquée en pluſieurs endroits: tantoſt on l’aſſaut d’vn
coſté, & fait la batterie de l’autre: tantoſt on la bat au bouleuart ou baſtions, tantoſt aux
courtines, ayant touſiours ce but, de paruenir le pluſtoſt qu il eſt poſsible à la fin de l’entre-
priſe, qui eſt la victoire & la maiſtriſe du lieu battu. Quant à moy, ayant à battre vne gran-
de ville & bien peuplée, i’aymerois mieux la battre en courtine, qu’au baſtion au caualier,

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer