Full text: Ufano, Diego: Artillerie, ou vraye instruction de l' artillerie et de ses appartenances

Del’Artillerie. puiſſe deſcouurir dauantage de l’interieur de la batterie, que l’ouuerture de l’embrazeure
luy permet.

44.1.

0089-01

Gen. Mais ſi lors l’ennemy donne par ladite ambrazeure, il ne peut faillir que le bou-
let bricolant ne briſe le fuſt, & tous ceux qui ſont à l’entour.

Cap. Le danger n’eſt pas ſi grand que vous penſez. Car le boulet qui vient d’en-
haut, & principalement celuy qui donne par l’ambrazeure, tombant en terre molle & eſ-
meuë s’y cache, ou pour le moins y perd la plus grande partie de ſa vigueur: mais celuy qui
va à mont, emporte par ſa violence tout ce qu’il rencontre, tant de l’ambrazeure que de
la courtine & muraille. Et ſi le canonnier eſt diligent pour gaigner la main à ſon ennemy,
en ſorte qu’il mire la piece & prend la mire, attendant que l’ennemy vienne à remettre ſa
piece à l’ambrazeure, & luy donne le feu incontinent: ſans faute il la luy embouſchera, en
ſorte que venant à l’ambrazeure, comme il faut neceſſairement qu’il le face, s’il veut tirer,
il perdra toute l’aſſeurance qu’il auoit en la chargeant.

Parquoy V. S. confeſſera auec moy, que les pieces d’enbas, ont plus d’auantage que
celles d’en haut: Et encor qu’elles faillent d’embouſcher leurs contraires, ſi ne faillent-el-
les de faire grand dommage aux fuſts, axes, rouës & murailles emportées de leur violen-
ce. Et quand à leurs axes, comme nous auons dit cy-deſſus, couuerts, ils ne peuuent en au-
cune maniere eſtre endommagez. Dont ie vous en racompteray vne hiſtoire aſſez re-
marquable.

Au ſiege d’Oſtende, la chauſſée du Comte de Buquoy, eſtoit vn peu plus baſſe
que celle de la ville. Oril aduient, que ne pouuant de nuict, on eſtoit contraint d’ſleuer
de iour vn petit fort: mais l’ennemy par la continuation du ieu de ſon Artillerie taſchant
d’en empeſcher le trauail, on fut forcé de la luy oſter. Dont le Seigneur Marquis de Spinola
voyant de combien d’importance la choſe eſtoit, me fit commandement de loger en ladite
chauſſée des pieces ſuffiſantes pour cet effet: mais n’y pouuant loger que neuf, contre dix
ou douze de l’ennemy: toutesfois en heure & demie de temps, ie luy oſtay toutes ſes am-
brazeures & deffences: celles de l’ennemy ne faiſant autre effet és miennes que donnant
ſur le haut de leurs metaux, elles leur oſterent quelques dauphins & quelques friſes qui ne
ſeruoient que d’ornement d’icelles.

Gen. Leſquelles donc ſont de plus grande violence & de meilleur pointage, celles
qui viennent de haut en bas, ou celles qui vont contre mur?

Cap. Ie m’eſbahis bien grandement que V. S. ne s’eſt encor apperçeuë, que ſelon
le naturel du feu, quitend touſiours en haut, toutes les armes de feu ont plus grand effect
encontre mont, qu’enbas. C’eſt de là, quela mire commune, comme nous auons dit & monſtré ſouuent au premier traicté, eſt de plus grande portée que celle du niueau de l’ame,
à ſçauoir de ce que le boulet eſt par la nature du feu pouſſé plus rudement, comme il ap-
pert en la figure cy adiointe; A laquelle i’adiouſteray encor cecy, afin que V. S. quitte plu-
ſtoſt ſa premiere opinion. A Amiens le Lieutenant du General de l’Artillerie, Chriſtoual
de Lechuga, auoit dreſſé quelques pieces en contrebatterie, eſperant d’en deffaire & de-
monter l’Artillerie ennemie auſsi toſt qu’elle ſe monſtreroit. Mais il ne dura gueres, per-
dant auſsi toſt qu’on le commença à battre toutes ſes ambrazeures.

Gen. Cecy peut-eſtre luy aduint ou pour n’auoir pas bien logé ſes pieces, ou à faute
de place requiſe.

Cap. Quand à la faute de place, i’en ſuis bien d’aduis, mais quand à l’autre, à
ſçauoir de n’auoir aſſez proprement logé les pieces, ie ne l’oſerois dire d’vn ſi vieux & ſi
experimenté Gendarme, & notamment en ce poinct de l’Artillerie: Et cet exempleauec
celuy de deſſus au ſiege d’Oſtende, me confirme de plus en plus à mon premier pro-
pos, de tenir les places d’enbas plus auantagées que celles d’en haut. Et V. S. n’y pou-
uant conſentir, nous en remettrons la recherche à d’autres plus experimentez, que ie
ne ſuis.

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer