Full text: Ufano, Diego: Artillerie, ou vraye instruction de l' artillerie et de ses appartenances

Cap. Pour donner lieu competent tant à la piece qu’à ceux qui la doiuent gouuer-
ner, charger, nettoyer, rafraiſchir, & luy faire autres tels ſeruices neceſſaires, on ne peut
demander moins de 20. pieds, de ſorte que dés la rouëd’vne piece, iuſques à celle de ſa
voiſine, il y faut 15. pieds de diſtance, qui eſt la moindre qu’on doit auoir: on la peut
eſlargir quand le compris de la batterie le permet. Or au fait des ambrazeures, il faut auſsi
remarquer cecy, à ſçauoir que du coſté interieur elles ſoient autant éleuées par deſſus la
plate forme, qu’ellesy ont de largeur, & que par dehors elles deſcendent autant en talus: aſin que la piece pouuant ioüer du haut en bas deſcouure non ſeulement tant mieux la
campagne, mais auſsi les aduenuës de l’ennemy, s’il s’auançoit de vouloir donner l’aſſaut à
la batterie meſme. Et voye les ſecrets des ambrazeures, cõbien qu’ils ne ſoient dépendans
du General, ains laiſſez a la charge de ſes Lieutenans, Gentils-hommes, Conneſtables & Canonniers.

Gen. Ie m’en contente, mais la batterie dreſsée, & toutes les prouiſions preſtes,
quel ſoing en reſte-il au General?

Cap. Alors le General doit auec grand ſoin & diligence viſiter toutes les trenchées,
& pourueoir en tous endroits qu’il n’y ait faute derien, tant entre l’infanterie & caualerie,
qu’entre ceux qui manient l’Artillerie. Et combien qu’il tiennela poudre chere en autres
endroits, icy il la doit expoſer & bailler liberalement.

Quand on commence à battre, il ne doit ſeulement donner courage à ſes gens, & principalement aux canonniers & pionniers, leur faiſant donner double ſoulagement: mais auſsi procurer qu’il n’y ait defaut d’eau & de vinaigre, pour le rafraiſchiſſement des
pieces eſchauffées.

Cependant qu’on bat, ſelon ſon ordre, à toute outrance, il ſe doit prudemment choi-
ſir vn lieu, duquel il puiſſe voir & remarquer tous les coups & les effets qu’ils font aux dé-
fenſes des ennemis, pour faire promptement remedier au defaut qu’il y pourroit reco-
gnoiſtre.

Auſsi s’ily auoit en quelque trenchée des amis aduancez, il faut qu’il face deffence
préciſe, qu’ils neſoient endommagez: Comme auſsi àl’aſſaut de la breſche, que les ca-
nonniers neioüent de leurs machines, ſans ſon commandement exprés. Ayant veu quel-
quesfois, qu’iceux trompez par quelque mot proferé à la volée, ont grandement intereſſé
les amis aſſaillans en forçans la breſche: A quoy il faut obuier en grande diligence, les ad-
uertiſſant quand il faut ceſſer, ou commencer de ioüer.

La breſche eſtant forcée, & le lieu gaigné, qu’il mette peine d’eſtre le premier qui
annon ce le bon heur de la victoire au General, qui le receura bien amiablement.

Apres, accompagné de ſes Lieutenans & du maiſtre d’Hoſtel, il entrera luy meſme
par la breſche, la viſitant bien curieuſement, s’il y a des mines: & s’ily en a, qu’il eſteigne
le feu de bonne heure, & en oſte la poudre, la liurant au maiſtre d’Hoſtel à bon compte
auec toutes les autres munitions & armes quis’y trouueront.

Puis il viſitera les pieces d’Artillerie, remarquant celles qui auront eſté endommagées
des ſiennes, pour en faire rapport au Prince, & ſoliciter que ſes Gentils hommes, Conne-
ſtables & canonniers ſoient recompenſez de leur diligence.

En fin, s’il eſt queſtion que l’armée paſſe auant, il procurera que les chemins, s’ils ſont
diſſiciles, ſoient par les pionniers & laboureurs accommodez. Et s’il faut paſſer quelque
fleuue, faire auancer les ponts, platines, mariniers, charpentiers, & autres à cela requis,
que le pont de bonne heure ſoit éleué, & n’eſtant point long aſſez, qu’ils y pouruoyent di-
ligemment: faiſant meſme pour cet effet paſſer de l’autre coſté ſuffiſante quantité de char-
pentiers, auec garde competente, tant de gens, que de petites pieces d’Artillerie, pour
reſiſter aux courſes & aſſauts de l’ennemy, qui les y voudroit empeſcher. Et voicy tres-il-
luſtre Seigneur ce qui, ſans autres memoires trop longs à deduire, eſt requis d’vn Gene-
ral de l’Artillerie.

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer