Full text: Ufano, Diego: Artillerie, ou vraye instruction de l' artillerie et de ses appartenances

De l’Artillerie. iuſques à vn petit pertuis qu’ily laiſſa pour luy donner le feu; il en eſprouua la force & l’effect, lequel puis apres il communiqua à d’autres. Ce qui ſuffira pour ſcauoir de qui, en
quel pays ou region la poudre & artillerie a eſté inuentée.

5.1.

0011-01
0011a-01

6. CHAP. II.
Auquel eſt declaré en quelle Prouince de P Europe l’Artillerie a premie-
rement esté miſe en œuure.

NOVS auons au chapitre precedent deduit aſſez au long & au clair, & confirmẽ
par teſmoignages ſuffiſans, quia eſté le premier inuenteur & de la poudre & de
l’artillerie: reſte que nous nous enquerions auſſi, en quel lieu, & de qui elle a
eſté premierement miſeen œuure; En quoy nous enſuiurons Paul Interien, & Ligurce,
tous deux autheurs graues & dignes defoy. Et quant a Ligurce, il eſcrit en ſes annales de
Gennes, qu’en l’an de Chriſt 1366. auquel pour certaines differences qu’ily auoit entre la
Seigneurie de V eniſe & de Gennes, les Venitiens ayans aſſiegé vne ville nommée Clau-
dia foſſa, que les Gennois leur auoient priſe, ily eut en cedit ſiege quelques Alemans, qui
ayans deux petites pieces d’artillerie de fer, auec certaine prouiſion de poudre & des bou-
lets de plomb, les preſenterent, comme choſe rare & bien propre, à leur intention, à ladite
Seigneurie de Veniſe, quivoyant le bon effect d’icelles [?] conticle [?] s cnnemis (qui tout eſ-
pouuantez de la violence de ces machines in cognuës, & ne ſe pouuantreparer contre cet-
te fureur diabolique, y laiſſerent pluſieurs morts ſur la place) les receut biẽgracieuſement. Et cecy eſt le plus clair & le plus certain, qui ſelon le peu quei’ay eſtudié, i’ay peutrouuer
quand à ce point. Mais quand à la façon, il eſt tout certain, que les premieres pieces ont
eſté fort mal faites, compoſées auec grande peine, & non ſans danger miſes en œuure. Car ne ſçachant encor rien de la fonte d’icelles, on ſe contentoit de prendre quelques groſ-
ſes & fortes tables ou lames de fer, leſquelles on compoſoit & ageançoit enrond, les ſer-
rant de gros anneaux ou cercles de fer, comme on voit és tonneaux: & cecy onle char-
geoit d’vne poudre groſſe & mal propre comme elle eſtoit dés le commencement de ſon
inuention a diſcretion: c’eſtoient les canons & l’artillerie de laquelle on vſoit en pluſieurs
endroits de l’Europe, iuſques à ce qu’auec le temps l’eſprit humain cherchant touſiours
plus auant, en a trouué le moyen, & derafiner la poudre, & de fondre le fer & le cuiure
pour en faire des pieces de fonte, qui pour lors eſtoient en grand’ eſtime. Mais conſiderant
que celles de fer ſe gaſtent facilement, & celles de cuiure n’eſtre trop fermes & aſſeurées; on a trouué en fin vne mixtion de cuiure & d’eſtain propre pour en faire des pieces dura-
bles, auſquelles auſsi on a donné des noms ſelon leur naturel & portéc, comme cy-apres
ſera monſtré.

7. CHAP. III.
Deſcription des premieres pieces qui furent forgées de fer.

CES pieces cy ſignées ſont bien les premieres, qui apres l’inuention de la poudre fu-
rent en diuers endroits de l’Europe miſes en œuure, mais deſquelles les canonniers
de noſtre temps ne ſe pourront gueres ſeruir. Toutesfois i’en ay voulu faire mention
& les tracer, afin que de leur forme tant lourde & impertinente, qui fait auſsi l’v ſage quaſi
du tout inutil, on puiſſe remarquer combien la fonte de noſtre temps eſt plus propre, & cet-
te ſcience plus parfaite.

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer