Full text: Berzelius, Jöns Jacob: Essai sur la théorie des proportions chimiques et sur l' influence chimique de l' électricité

SUR LA THÉORIE le premier cas, la permanence de la combinai-
son ne devrait pas être soumise à l’influence de
l’électricité, et que, dans le second, le rétablis-
sement de la polarité électrique devrait détruire
même la plus forte combinaison chimique. Aussi
savons-nous que la décharge de la batterie élec-
trique surmonte l’affinité chimique et sépare les
corps combinés, c’est-à-dire qu’elle vainc ou an-
nulle la force par laquelle les atomes, après la dé-
charge électro-chimique, continuent à être unis. On peut, par exemple, au moyen d’une petite
batterie électrique de 8 ou 10 paires de disques
d’argent et de zinc, grands comme une pièce de
5 francs, décomposer la potasse, avec l’intermède
du mercure; ce qui fait voir que ce que nous appe-
lons affinité de combinaison, affinité chimique,
a une relation nécessaire et inaltérable avec les
phénomènes électro - chimiques, quoique nous
ne puissions pas l’expliquer par les phénomènes
connus jusqu’à présent des décharges de l’électri-
cité produite par le frottement.

Les expériences faites sur les rapports élec-
triques mutuels des corps nous ont appris qu’ils
peuvent être partagés en deux classes : les èlectro-
positifs et les èlectro-nègatifs. Les corps simples
qui appartiennent à la première classe, ainsi que
leurs oxides, prennent toujours l’électricité po-
sitive lorsqu’ils rencontrent des corps simples ou
des oxides appartenant à la seconde; et les oxides

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer