Volltext: Berzelius, Jöns Jacob: Essai sur la théorie des proportions chimiques et sur l' influence chimique de l' électricité

DES PROPORTIONS CHIMIQUES. qui ont l’habitude de faire des expériences au
chalumeau, doivent avoir souvent remarqué que
ce n’est pas toujours la partie la plus ardente de
la flamme qui donne le plus de lumière, mais
que des corps solides placés dans ce point de-
viennent à l’instant lumineux, et que quel-
ques - uns jettent même une clarté si vive que
l’œil peut à peine la supporter. Que: l’on di-
rige, dans une chambre obscure, un soufle de
gaz oxigène sur la flamme d’une lampe à l’esprit
de vin, les objets n’en seront pas éclairés ; mais
que l’on mette dans cette flamme un fil de pla-
tine assez épais pour ne pas se fondre, il passera,
en quelquesinstants, à la chaleur blanche la plus
intense, et éclairera les objets d’alentour. Nous
ne pouvons pas expliquer la cause de ce phéno-
mène, mais il paraît démontré, à l’appui de
ce que j’ai déjà exposé, que le calorique, dans
certaines circonstances, produit ou devient la
lumière; et il semble parfaitement prouvé que la
chaleur, parvenue à une certaine température,
est toujours accompagnée de lumière, bien que
cette température varie suivant les corps, qui
d’ailleurs, à la même température, éclairent
plus ou moins. Les gaz ont besoin, pour pro-
duire de la lumière, d’une température infini-
ment plus élevée que les corps solides. On
a cru, d’après quelques expériences faites par
W edgewood, que les gaz n’en pouvaient pas

Waiting...

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzerin, sehr geehrter Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.

powered by Goobi viewer