Full text: Berzelius, Jöns Jacob: Essai sur la théorie des proportions chimiques et sur l' influence chimique de l' électricité

SUR LA THÉORIE des proportions chimiques, nous passerons à
l’étude des forces doù dépendent les combinai-
sons mutuelles des éléments; et comme la com-
bustion est celle qui a le plus excité l’atten-
tion des chimistes, et qui a été le plus étudiée,
nous nous en occuperons principalement.

10.1.

1
volume primitif. Il est, par exemple, facile de calculer que
dans le gaz oximuriatique (le gaz du chlore des modernes) ,
ainsi que dans le gaz acide muriatique anhydre (si on peut
l’obtenir) , le nombre des atomes composés doit être exac-
tement la moitié de celui des atomes d’oxigène dans un égal
volume de ce dernier gaz. (Voyez mes Eléments de Chimie,
tom. 1, pag. 480. ) En ajoutant au gaz oximuriatique la moi-
tié de son volume de gaz oxigène, qui, en perdant la moitié
de ce volume, produit le gaz euchlorine (de Davy) , le
nombre des atomes d’euchlorine est réduit aux {2/5} de celui
des atomes d’oxigène dans un égal volume. En ajoutant au gaz
oximuriatique une ſois et demie son volume de gaz oxigène,
qui, en perdant {2/3} de son volume, produit l’acide oximuria-
teux (acide chloreux), le nombre des atomes de ce dernier
est réduit au tiers de celui des atomes de l’oxigène, dans
un volume égal; en sorte que le nombre des atome@ compo-
sés dans ces gaz est de {1/2} , {2/5} et {1/3} de celui des atomes d’oxi-
gène dans un volume égal. Si, d’un autre côté, l’on consi-
dère le gaz oximuriatique ou le chlore comme un corps sim-
ple, dont par conséquent le gaz contient le même nombre
d’atomes que le gaz oxigène, il s’écartera encore sur ce
point de l’analogie avec les autres substances gazeuses sim-
ples; de maniére que son premier oxide, l’euchlorine, con-
tiendra les {4/5} , et le second oxide, l’acide chloreux, {2/3} du
nombre des atomes du gaz oxigène dans un volume égal. Tous
les deux contiennent par conséquent plus de la moitié du
nombre des atomes des gaz simples; moitié qui forme, pour
les autres gaz composés, le premier degré de la diminution
du nombre des atomes, causée par la combinaison de deux
éléments.

3° Exposition de la théorie électro-chimique,
telle qu’elle paraît résulter de l’expérience acquise
jusqu’à présent.

La théorie de la combustion et dès phéno-
mènes qui l’accompagnent a toujours été la
base de la théorie chimique, et il est proba-
ble qu’elle ne cessera pas de l’être à l’avenir. A toutes les époques du développement de la
chimie, l’on a reconnu l’insuffisance de nos no-
tions sur cette matière, et en tàchant de les faire
accorder avec les faits, dont le nombre augmente
sans cesse, l’on a cherché à leur donner le plus
haut degré de probabilité possible; mais on n’a
jamais senti, plus qu’à présent, combien nos
connaisances à cet égard sont imparfaites, et
jamais il n’a été plus nécessaire de recher-
cher à quel degré les principes admis jusqu’ici
peuvent être inexacts et contraires aux expé-
riences. Cependant, quoique nous ne soyons pas
sans espérance de pouvoir fournir des matériaux
pour le perfectionnement de la théorie, nous
sommes loin de prétendre que les changements
amenés aujourd’hui par l’accroissement de nos

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer