Full text: Voltaire: Elémens De La Philosophie De Neuton

DE NEUTON. obliquement ſur ſa petite ſurface, que le
rayon rouge B. ne tombe ſur la ſienne? Ainſi
tous deux viennent au point R. par diffé-
rens chemins.

Le rayon rouge C. tombant ſur ſa petite
ſurface encore moins obliquement ſe rompt
bien moins, & arrive auſſi au point R. en
ne ſe briſant que très-peu.

J’ai donc déja trois rayons rouges, c’eſt-
à-dire, trois faiſceaux de rayons rouges,
qui aboutiſſent au même point R.

19.1.

Explica-
tion de
ce phé-
nomê-
ne.

A ce point R. chacun fait un angle de
réflexion égal à ſon angle d’incidence, cha-
cun ſe briſe à ſon émergence de la boule,
en s’éloignant de la perpendiculaire de la
nouvelle petite ſurface qu’il rencontre, de
même que chacun s’eſt rompu à ſon inci-
dence en s’approchant de ſa perpendicule; donc tous reviennent parallèles, donctous
entrent dans l’œil, ſelon l’ouverture de l’an-
gle propre aux rayons rouges.

S’il y a une quantité ſuffiſante de ces traits
homogênes rouges pour ébranler le nerf op-

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer