Full text: Voltaire: Elémens De La Philosophie De Neuton

DE NEUTON. rouge eſt un aſſemblage d’un très-grand nom-
bre de rayons rouges. Le violet eſt un aſ-
ſemblage de rayons violets. Si donc ce
faiſceau violet peſe vingt-huit fois moins
qu’un faiſceau blanc, que ſera-ce qu’un ſeul
des traits de ce faiſceau?

Conſidérons un de ces traits ſimples, qui
différe d’un autre trait: par exemple, le
plus mince trait rouge différe en tout
du plus mince trait violet. Il faut que ſes
parties ſolides ſoient autant d’atomes par-
faitement durs, leſquels compoſent ſon ê-
tre. En effet, ſi les corps n’étoient pas com-
poſés de parties ſolides, dures, indiviſibles,
de véritables atomes: comment les eſpèces
des corps pourroient-elles reſter éternelle-
ment les mêmes? Qui mettroit entre elles
une différence ſi conſtante? Ne faut-il pas
que les parties qui font leur eſſence, ſoient
aſſez dures, aſſez ſolides, aſſez unes, pour
être toujours ce qu’elles ſont? Car com-
ment eſt-ce que dans le germe d’un grain
de bled ſeroient contenus tant de grains de
bled, & rien autre choſe, ſi la configuration
des petites parties n’étoit pas toujours la
même, ſi elle n’étoit pas toujours ſolide,

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer