Full text: Varignon, Pierre: Projet D'Une Nouvelle Mechanique

71. Corollaire XV.

DES
POULIES.

Il ſuit de ce dernier Corollaire que ſur une in-
finité de cas différens, ou le poids D peut être en
équilibre avec la puiſſance R, à l’aide de pluſieurs
moufles, de la maniére qu’ils ſont ici; il n’y en a qu’un
ſeul, ou ce poids ſoit à cette puiſſance comme le der-
nier terme d’une progreſſion double, qui en a autant
qu’il y a de moufles, plus un, eſt au premier; c’eſt-à-
dire, ici, comme 8. à 1. C’eſt lors que les parties de
corde qui ſont tangentes de ces moufles, ſont paralle-
les entr’elles: parce que les angles H, K, L, & c. étant
alors infiniment aigus, leurs ſinus ſont doubles des
ſinus de leurs moitiez. Pour dans tous les autres, il
eſt toujours à cette puiſſance en moindre raiſon que
ce dernier terme au premier, & même, en moindre à
l’infini: parce que les angles H, K, L, & c. ne pou-
vant devenir plus aigus que lorſque ces parties de
cordes ſont paralleles, les raiſons de leurs ſinus aux
ſinus de leurs moitiez, ne peuvent auſſi jamais être
chacune plus grande que celle de 2. à I. au contraire
ces angles pouvant devenir toujours plus obtus juſqu’à
l’infini, les raiſons de leurs ſinus aux ſinus de leurs
moitiez, peuvent auſſi diminuer à l’infini.

On voit aſſez la mépriſe de ceux qui dans cet uſage des
poulies à moufle, ont avancé comme propoſition générale que le
poids D eſt à la puiſſance R, comme le dernier terme
d’une progreſſion double, qui en à autant qu’il y a
de moufles, plus un, eſt au premier. Ce qui les a trom-
pez c’eſt l’uſage trop étendu qu’ils ont donné à la propoſition
raportée dans la réfléxion qui ſuit le Corollaire 10. de la
propoſition préſente.

0060-01

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer