Full text: Varignon, Pierre: Projet D'Une Nouvelle Mechanique

177. Corollaire.

DES POIDS
ſoutenus avec
des cordes ſeu-
lement.

On voit préſentement en général que la ſomme
de toutes les puiſſances qui ſoutiennent un poids
avec des cordes qui ſe tiennent par un même nœud,
en quelque nombre qu’elles ſoient, quelque pro-
portion qu’elles ayent entr’elles, & de quelque ma-
niére qu’elles lui ſoient appliquées; eſt toujours à
ce poids, comme la ſomme des parties de leurs cor-
des qui leurs ſont (Chap. 2. Avert ) proportionelles,
à la ſomme de leurs ſublimitez moins celle de leurs
profondeurs.

On peut comparer tout ceci avec les Propoſitions 70. 73. 74. de M. Borelli, & on verra non ſeulement qu’elles ſont
tres-limitées; mais encore qu’avec ſa méthode on ne peut pas
aller ſi loin.

178. Remarque.

En faiſant la ſeconde des deux démonſtrations
précédentes, il m’en eſt encore venu une de la pre-
miére Propoſition: la voici.

Le poids T étant donc ſoutenu avec des cordes par deux
puiſſances R & S; des angles G & H du parallelogramme
GH, dont la diagonale CD fait partie de la ligne de di-
rection de ce poids, ſoient faites GM & HN paralleles à
cette diagonale, & perpendiculaires à MCN; achevez
les parallelogrammes MP & NQ. Cela fait, vous trou-
verez encore de la maniére que nous avons fait la ſeconde
des deux démonſtrations précédentes, que le poids T eſt aux
puiſſances R & S, comme la partie CD de ſa ligne de di-
rection aux parties CG & CH de leurs cordes, qui font
les côtez du parallelogramme GH, dont elle eſt diagonale.

178.1.

fig. 18.
19.

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer