Full text: Varignon, Pierre: Projet D'Une Nouvelle Mechanique

Donc lors qu’une puiſſance ſoutient un poids, ou
l’action de quelqu’autre force que ce ſoit, à l’aide
d’une vis, ſoit que cette vis ſoit fixe, ou que ce ſoit
ſon écrouë, cette puiſſance eſt toujours à ce poids, ou
à cette force, commela diſtance qui eſt entre deux des
pas de cette vis, à la circonférence d’un cercle, dont
le rayon eſt égal à la diſtance qui eſt entre cette puiſ-
ſance & l’axe de cette même vis. Ce qu’il faloit dé-
montrer.

150.1.

DE LA VIS.

151. Corollaire I.

D’où l’on voit que pour peu que la raiſon d’une
puiſſance à un poids, ou à quelqu’autre force, ſur-
paſſe celle de la diſtance, qui eſt entre deux des pas
d’une vis, à la circonférence d’un cercle, dont le
rayon ſoit la diſtance de l’axe de cette vis à cette
puiſſance, elle pourra ainſi appliquée ſurmonter ce
poids, ou cette force à l’aide de cette vis, & elle le
fera dautant plus aiſément que cette raiſon ſera plus
grande.

L’obſtacle que le frotement de la vis avec ſon écrouë
fait à ce mouvement, doit être compté comme faiſant partie
de ſa charge: c’eſt ainſi qu’on la peut réduire à une juſteſſe
Mathématique, de meme que toute autre machine.

152. Corollaire II.

D’où il ſuit que plus les pas d’une vis ſont ſerrez,
& que la diſtance de ſon axe à la puiſſance qui y eſt
appliquée, eſt grande, plus il eſt facile à cette puiſ-
ſance de ſurmonter le poids, ou la force qui agit
contr’elle.

153. Corollaire III.

Il ſuit encore de cette propoſition qu’une même

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer