Full text: Le Pois, Antoine: DISCOVRS SVR LES MEDALLES ET GRAVEVRES ANTIques, principalement Romaines

24.

nia & fascia en Latin) qui ceint & enuironne la teste, ainsi que le verbe Grec δΙαδεĩν, qui vaut autant que lier tout à l'entour & couronner, monstre manifestement. Et estoit aux Romains ladicte bandelette, de couleur blanche: comme aux Perses, de couleur bleüe, toutesfois bordee de blanc, sur le chapeau (qu'iceux Persans nommoyent Cidaris, ou bien Citaris) ainsi que nous lisons en l'histoire de Quinte Curce. Or est-il mal-aisé d'entendre, voire non croyable, que Monimé se pendit auec vn chapeau, quelque royal qu'il fust, sinon que nous escoutions Plutarque, qui escrit en ceste sorte: Monimé, ayant arraché d'alentour de sa teste le Diadéme, & le mettant à l'entour de son col, s'en pendit, mais comme il ne fut assez fort & se rompit incontinent, O, dist-elle, maudit & malheureux Diadéme, qui mesmes ne m'as de rien serui en ce tant triste & miserable affaire! & apres l'auoir ietté contre terre & craché dessus, tendit la gorge à Bacchylides, Eunuque dudit Mithridates, pour la luy couper. Par ces mots Plutarque donne assez à entendre ce qu'auons dit: comme auβi fait vn autre passage dudit autheur, en la vie de Coriolanus Romain, où il est dit qu'vn Metellus fut surnommé Diadematus, c'est à dire, Le bandé, pource qu'il porta longuement vn bandeau à l'entour de sa teste, à cause d'vn mal & vlcere qu'il auoit aufront, comme il se fait encore auiourdhuy. Alexandre le grand, comme escriuent les historiens, arracha de sa teste son Diadéme, c'est à dire, le tissu royal, pour d'iceluy lier vne playe que Lysimachus auoit receu en la teste. Ce bandeau royal luy fut pour presage qu'il regneroit par-apres, & aduint ainsi. Et à la verité, telle bandelette blanche estoit la marque & enseigne à quoy on cognoissoit le Roy. Et d'icelle fut inuenteur Liber Pater, ainsi que dit Pline. Ie laisseray pour cause de briefueté quelques autres lieux & passages, tant dudit Plutarque, que d'Appian Alexandrin, Suetone, & autres bons autheurs, qui enseignent euidemment quel estoit proprement le Diadéme des Rois & Roynes: lequel fut auβi accommodé auxdieux Gentils, voire quelquefois à leurs sacerdotes, lors qu'ils faisoyent sacrifices: ainsi qu'il est assez manifesté par ledit Suetone, quand il escrit que Tite Vespasian estant
ẽ.iij.


Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer