Full text: Le Pois, Antoine: DISCOVRS SVR LES MEDALLES ET GRAVEVRES ANTIques, principalement Romaines

127.

que lesdicts Empereurs auoyent deux lieux en leurs maisons, où ils tenoyent les images & simulachres d'aucuns de leurs Dieux, & aussi de certains grands personnages qu'ils veneroyent. Le plus grand de ces lieux s'appelloit en Latin Lararium maius : le petit, Lararium minus. Au plus grand, ce bon Empereur Seuerus Alexander tenoit Apollonius (qui auoit esté admirable magicien) Christ, Abraham, & Orpheus. A l'autre plus petit, tenoit Virgile le poëte, & Ciceron. Or ont esté les Statues si communes aux Romains, que non seulement ont esté posees aux Dieux, aux Rois & Empereuts, mais aussi aux femmes illustres, comme Imperatrices, & autres moindres: voire à plusieurs personnes priuees, & quelquefois peu signalees. Car il fut vn temps qu'il estoit loisible à tous de dresser Statues: ce que depuis fut particulierement defendu par Tiberius l'Empereur, & depuis par Caius Cesar, son successeur. Mesme Neron fit trainer aux esgouts de la ville, toutes les Statues de ceux, qui au parauant auoyent esté victorieux aux jeux solennels & combats, desquels auons parlé au chapitre precedent. Aussi furent les siennes abbatues apres sa mort, comme celles de Domitian & Commodus, de Philippus Roy de Macedone, & autres. Ce qui s'est faict souuent par l'ordonnance du Senat & peuple Romain. Et n'est icy à oublier, ce qu'escriuent Pline & Suetone, à sçauoir, que les testes de ces Statues souuent estoyent exemptiles, c'est à dire, faites de sorte que l'on les pouuoit oster, sans toucher au reste du corps, & y remettre d'autres testes en leur lieu: comme en vne Statue d'Auguste, regnant Tibere son successeur, qui sit punir tel acte comme mauuais. Car autrement les Statues des Empereurs Romains estoyent comme vn Asyle, c'est à dire, lieu de retraite & sauueté aux serfs & autres miserables, cerchez & poursuiuis pour estre batus ou tuez: tellement qu'il n'estoit loisible de les violer, frapper, ou offenser en tel lieu. Philostrate fait mention des Statues de Tibere, ausquelles on auoit refuge, comme à vn Asyle. Vn maistre battoit son seruiteur, ayant vn denier d'argent marqué à l'image & face dudit Tibere: pour cela fut condamné, comme conuaincu d'impieté enuers le Prince. Magius eschappé des liens & prisons de Hannibal, se retira à la Statue de Ptolomee Roy d'Egypte, & de là fut sauué. Voyla l'honneur qu'on portoit aux Statues des Princes: auquel aussi ont participé les Dames, estans honorees de Statues, & durant leur vie & apres leur mort: & non seulement de Statues, mais aussi du nom de Deesses: de temples: de Sacerdotes: de tiltres de mere de la patrie: d'arcs triomphans:
de me-


Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer