Full text: précedée d'un abrége de l'histoire florentine (1)

ABREGÉ DE L'HISTOIRE FLORENTINE 
La célèbrité que les Florentins ont acquise dans tous les 
tems et à juste titre, est si grande, que Gibbon, ce savant 
et profond ecrivain, qui a parlé avec tant d’érudition de la 
Décadence et de la Chute de l'Empire Romain, était incertain 
s’il devait faire l’histoire ou de la république de Florence, 
ou de celle de la Suisse, l’une et l’autre étant féconde en gran¬ 
des actions , dont le recit fait toujours briller le génie et les 
sublimes pensées de l'historien, et fournit en même temps les 
plus solides instructions. Il ne faut donc pas s’étonner si 
depuis Ricordano Malespini jusqu’à Laurent Pignotti, un grand 
nombre d’auteurs célèbres ayent entrepris de narrer les ex¬ 
ploits, et les faits operés par nos glorieux ancêtres lorsqu’ils 
étaient affranchis du joug de l'esclavage. 
Riche de nombreux matériaux accumulés par mes devan¬ 
ciers, je me propose d’en réunir les plus intéressans, et de 
former ainsi un abrégé de l'histoire de ma patrie. Pour ce 
qui regarde les tems de la république, j’aurai recours aux 
travaux que nous a laissé sur ce sujet le célèbre secrétaire 
Machiavelli; et je prendrai pour guide de l’époque où regna 
la famille des Medicis, l'illustre abbé Riguccio Galluzzi. 
L’origine de Florence est attribuée aux Fesulans. L’étendue 
du commerce de Fiesole doit avoir été la cause des premiers 
édifices qui furent construits sur la rive du fleuve qui coule 
à peu de distance de la montagne escarpée sur la quelle eétait 
située cette ville jadis si florissante. Lorsque les Romains 
eurent delivré l’Italie de la crainte des guerres étrangères, 
ces édifices se multiplièrent au point, qu’étant parvenus à 
former un petit bourg, on l’appella d’abord Villa Arnina. 
Sylla, et les trois vengeurs de la mort de César, envoyèrent 
des colonies à Fiesole. Cet accroissement de population 
nécessita donc l’agradissement de ce bourg, les édifices 
s’y multiplièrent, et il ne tarda guères à être placé au 
rang des villes d'Italie. La plupart des écrivains prétendent 
que Florentia fut ainsi nommée de Florinus l’un des chefs 
des colonies romaines. L’empire d’occident ayant été renversé 
par les barbares, Florence fut prise et détruite par Totila 
roi des Ostrogoths: mais 220. ans après, elle fut rebâtie par 
Charlemagne. Cette ville fut dès lors soumise à la puissance 
de ce souverain et de ses descendans : mais par la suite les 
Berengers s’en rendirent maîtres, et elle tomba enfin au pou¬ 
voir des empereurs d’Allemagne, qui la gouvernèrent par l’en- 
tremise des ducs, et des marquis. L’ oppression étrangère fut 
cause sans doute que les Florentins ne purent rien faire qui 
fût digne d’être transmis à la posterité, puisque le fait le plus 
important, et peut-être encore le seul qu’ils opérèrent, fut 
la prise et la ruine de Fiesole arrivée l'an 1010., le jour de
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer