Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

DE VITRVVE. en a point d’autre, s’ils ne la font apporter de Cibdele: & de là
vient que tous ceux de celle ville, ou la plus part, ſont goutteux
podagres.

Or en Tarſo, cité de Cilicie, il y paſſe vn fleuue nommé Cyd-
nos, dedans lequel ſi les ſuſdits Podagres vont lauer leurs jambes,
ils gueriſſent en peu de temps.

Auſſi en eſt-il en autres diuers païs maintes eſpeces, qui ont
leurs proprietés particulieres, comme en Sicile la riuiere Hime-
ra, laquelle au ſaillir de ſa ſource incontinent ſe diuiſe en deux
parties, dont l’vne, à ſçauoir celle qui tend deuers Ethna, pource
qu’elle paſſe par vne douce veine de terre, eſt pourueuë d’infinie
douceur: & l’autre coulant à trauers les campagnes où l’on fouil-
le le ſel, a vne ſaueur fortſallee.

Pareillement aupres de Paretoine, autrement dite Ammonia,
ſituee dedans les deſerts de Libye, ſur le chemin tendant au
Temple de Iupiter Ammon, & joignant Caſſio ſur la voye d’E-
gypte, il y a certaines eaux mareſcageuſes, qui ſont tant ſal-
lees, qu’elles ont de groſſes crouſtes de ſel congelees ſur leurs
ondes.

Et pour ne trop particulariſer le tout, il y a en pluſieurs autres
contrees des fontaines, des fleuues, & des viuiers, leſquels pour
paſſer à trauers d’aucunes ſalines, neceſſairement en deuiennent
ſallés.

D’auantage il s’en treuue de tels, qui en coulant parmi des vei-
nes de terre graſſe, apportent vne liqueur huilee, comme le fleu-
ue Liparis courant au long de la ville de Solos en Cilicie, dont
ceux qui ſe baignent ou nagent en ſes eaux, ſemblent au ſortir e-
ſtre frottés d’huile.

Le ſemblable font vn lac d’Egypte, & vn autre des Indes, qui
quand le Ciel eſt ſerain, produit vne copieuſe abondance
d’huile.

Et en Carthage y a vne fontaine, ſur laquelle flotte de l’huile
portant odeur de eſcorce de citron, dequoy l’on greſſe les beſtes
contre la rongne.

A Zacyn he, qui eſt vne iſſe de la mer Adriatique, à dyrrachio,
maintenãt Raguze, & en A pollonie, cité de Hongrie, aujourd’huy
dite la Vallone, ſe voyent des fontaines qui vomiſſent grande a-
bondance de poix auec leur eau, comme aupres de Babylone le
lac de merueilleuſe eſtenduë quiſe nõme Limne Aſphaltis, main-

Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer