Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

DE VITRVVE. 
155 
D'auatage en ces lieux ainsi garnis d'arbres, nos predecesseurs 
ont tousiours mis l'espoir du secours d'vne ville au temps de la 
necessité: car quand l'on est assiegé, toutes les autres prouisions 
font plus faciles à faire que la munition de bois: au moins l'on se 
garnit facilement de Sel auant le siege: & quant aux grains, il s'en 
fait amas beaucoup plus à l'aise, tant pour les greniers publiques, 
que pour les particuliers: & encores s'il en est indigence, l'on se 
defend de la famine auec des chairs, herbes, & legumages, en at¬ 
tendant que ledit siege soit leué. 
Et si la disette d'eau presse le Peuple, 'on fouit force puits en la 
terre: ou bien l'on conserue en des Cisternes celle qui chet des 
pluyes & orages. Mais ladite prouision de bois, requise & neces¬ 
faire pour faire cuire les viandes, ne se fait pas si de legier, à rai¬ 
son que l'on n'en peut apporter si tost ne si facilement comme il 
seroit requis; outre ce, l'on en consume beaucoup plus que d'autres 
fournitures: parquoy aduenant le mauuais temps, l'on abbât les 
arbres plantes en iceux promenoirs, & baille l'on du bois à cha¬ 
cun chef de famille selon le train de son mesnage. Dont je dy 
que ces promenoirs apportent deux commodités belles & sin¬ 
gulieres l'yne de santé en temps de Paix, & l'autre de secours en 
temps de Guerre. Et ainsi je veuil conclure que tels bastiments 
peuuent tousiours apporter grand proffit aux villes, non seule¬ 
ment s'ils sont establis derriere les Theatres des Scenes, mais 
aussi bien aupres des Temples & maisons de Religion. 
Maintenant, pource qu'il me semble que j'ay assez amplement 
traicté ce discours, je vois poursuyure les bastiments des Estuues, 
demonstrant comme on les doit faire pour estre bonnes. 
De la disposition des estuues & de leurs particularités necessaires. 
Chapitre X. 
Vant toute ceuure il faut esire yn lieu chaut de 
sa nature, comme sont ceux qui ne sont pas tournens 
au Septentrion, & au vent de Bise. Apres estbe¬ 
soin que les retraictes ou l'on sue, & les tiedes ou 
l'on reprend haleine, ayent leurs fenestres & lu¬ 
mieres du costé de l'Occident d'hiuer. Mais si la 
nature de la place y repugnoit, faudra qu'elles regardent vers le 
.. 
1)
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer