Full text: Vitruvius: Tesoro De Las Tres Lengvas Española, Francesca, Y Italiana

1501-01

20. ADVERTISSEMENT AVX
LECTEVRS.

L’ Opinion de pluſieurs hõmes, qui ſe ſont de-
uãt no{us} employés à examiner ceſt Auteur,
a eſté que luy voulãt en dix liures de doctri-
ne comprendre tout le corps d’ Architecture,
en auoit faict vn onzieme de figures, pour
mieux donner à entendre ſon intention, mais
que ledit onzieme, ſans paruenir iuſques à
no{us}, a eſtè perdu comme infinis autres, cau-
ſans dommage ineſtimable à ceux qui ſuyuẽt
les bonnes lettres. Toutesfois le iugement de Monſieur Philander tres
ſtudieux en ceſte ſcience, eſt formellement au contraire, & veut qu’à la
fin de chacun d’iceux liures les figures conuenables à la matiere y fuſ-
ſent accommodees, & s’efforce prouuer ſon dire, par le neufieme chapitre
du cinquieme, correſpondant au troiſieme du tiers, en ce qui concerne le
renflement des ſtylobates ou piedeſtals. Quant eſt à moy, je laiſſeray vui-
der ce different par ceux qui le voudront diſputer juſques au bout, & me
contenteray ſeulemẽt d’en auoir aduerti, à fin que lon ne penſe que j’aye
ignoré l’vne & l’autre fantaſie. Or ces dix liures ſont en vn ſtile tant
obſcur, qu’il donne merueilleuſe peine à les entendre: parquoy Meßire: Leon Baptiſtre Albert au cõmencement du ſixieme par luy faict de ſem-
blable matiere, dit que Vitruue cherchoit à ſe monſtrer Grec entre les
Latins: & Latin entre les Grecs, choſe (à mon aduis) qu’il faiſoit à pro-
pos, ne voulant eſtre entẽdu par d’aucuns ignorans de ſon ſiecle, auſquels
il ne portoit gueres bonne affection, comme appreuuẽt manifeſtement les
prologues de ſes troiſieme, ſixieme, ſeptieme, & dixieme: ou bien l’a faict
ainſi de certaine induſtrie pour les cauſes contenues en celuy de ſon cin-
quieme, à quoy ie vo{us} remets, pour euiter ſuperfluité de lãgage: moy dõc,
qui par vne bonne affection de proffiter à la choſe publique de ce Royau-
me, & nõ pour vaine gloire, me ſuis efforcé de le mettre en François, n’ay
voulu ſuyure ſa façon de parler, ains faict tout mon poßible d’euiter ſes
tenebres, ſçachant qu’il vaudroit mieux ne point eſcrire, que s’y amuſer,
& n’eſtre entendu. Celà (ſans point de doute)m’a contraint à paraphra-
ſer aucunesfois le texte, par pl{us} longue deduction de paroles, dont außi

Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer