Volltext: Belidor, Bernard Forest: La science des ingenieurs dans la conduite des travaux de fortification et d' architecture civile

LA SCIENCE DES INGENIEURS, & même de ceux quipourroient s’en ſervir utilement, par l’éloigne-
ment où ils ſont de comprendre les principes qui ont conduit à la
recherche d’une infinité de choſes utiles, à moins qu’ils ne s’en
inſtruiſent & neſe mettent, pour ainſi dire, eux-mêmes en état de
faire des découvertes: d’ailleurs l’opinion qu’il n’y a que la ſeule
pratique qui peut les mener au but, eſt encore un obſtacle qui
n’eſt pas le moins difficile à vaincre, il eſt bien vrai que l’experience
contribuë beaucoup à donner des connoiſſances nouvelles, & qu’elle
fournit tous les jours aux plus habiles gens des ſujets de reflexion
dont ils ne ſe ſeroient peut-être point aviſés ſi elle ne les avoit
fait naître. Mais il faut que cette experience ſoit éclairée, ſans quoi,
l’on ne peut avoir que des idées très-confuſes ſur tout ce qui ſe
preſente, on voit toûjours les objets par la même face, on veut
qu’ils ſoient tels qu’on nous a dit qu’ils étoient, ou tels qu’il a plû
à notre imagination de nous les répreſenter: & qu’on ſoit dans le
vrai ou non, on paſſe toute ſa vie ſans rien ſçavoir de juſte & de
précis ſur ce que l’on croit pourtant poſſeder le mieux. Delà vient
que bien des choſes imparfaites demeurent toujours dans le même
état, elles ſe tranſmettent d’une poſterité à l’autre avec les mêmes
défauts; & ſi par hazard quelqu’un s’aviſe de les remarquer, auſſi-
tôt tous les gens du métier ſe révoltent contre la nouveauté, l’on
a peine à ſe figurer que ceux qui n’ont point travaillé toute leur
vie à certains ouvrages, puiſſent en raiſonner juſte, & la verité toute
eſtimable qu’elle eſt ſe trouve ſouvent obligée de garder le ſilence,
ou de prendre des meſures & des ménagemens pour s’inſinuer
Cela vient ſans doute, de ce que la plûpart des hommes ne con-
ſultent point aſſés la raiſon; eſclaves du préjugé, c’eſt preſque toû-
jours l’uſage qui les détermine; & pour ne parler que de l’Archi-
tecture, qui eſt le ſeul objet que j’ai en vûë, n’eſt-il pas ſurpre-
nant que depuis le tems qu’on la cultive, on l’ait ſi peu perfection-
née en certains points eſſentiels qui en ſont comme la baſe; car ſi
l’on en excepte quelques régles de convenance & de goût, qui
appartiennent à la décoration, on n’a rien d’aſſés précis ni d’exact
ſur la plûpat du reſte, aucun Architecte n’a donné des principes
pour trouver le point d’équilibre entre les forces agiſſantes & cel-
les qui doivent reſiſter, on ne ſçait pas, par exemple, quelle épaiſ-
ſeur il faut donner aux revêtemens des Terraſſes, ou à ceux des Rem-
pars, des Quays & des Chauſſées, aux piés-droits des Voutes, aux
Culées des Ponts, pour être en équilibre par leur réſiſtance avec
la pouſſée que ces differens murs doivent ſoûtenir, ſans y employer
des matériaux ſuperſlus.

Waiting...

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzerin, sehr geehrter Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.

powered by Goobi viewer