Full text: Ufano, Diego: Artillerie, ou vraye instruction de l' artillerie et de ses appartenances

Il y a des quarts de canon de 24. cal. tirans 10. lb. auec 6. de p. fine, auec le renfort des
canons amoindris, peſans quelque peu plus que 23. q. Qui ſeront meilleurs ayans 27. ca-
libres, & le renfort à la façon des canons renforcez.

Il y a comme on void en la figure des canons en campanez, ayans la chambre prés de la
lumiere large {2/3} au milieu {5/6} de ſa bouche, & la bouche quatre fois & demie autant que ſon
commencement, qui eſt auſſi la largeur du reſte du tuyau, qui dés ladite bouche de ſa
chambre iuſques a ſa bouche principale eſt égal.

Quelques-vns ſont enchambrez, ayans la chambre longue de 3 {1/2} calibres, & large {5/6}. Toute la piece eſtant de 18. calibres.

Il y a des canons baſtards encampanez, & par dedans & par dehors à l’endroit de la
chambre appellez Rebufs, tirans 40. lb. auec 27. lb. de poudre fine, & peſans les communs
56. les renforcez 60. & les amoindris 52. quintaux, n’ayans non plus que 15. calibres, & ſe rapportans en l’eſpoiſſeur de leurs metaux en chambre, tourillons & col, à la proportion
ſuſdite des canons de batterie.

De cette ſorte il y a auſſi des Crepans ou demi-canons de 16. calibres, tirans 20. lb. auec 10. lb. de poudre fine, peſans 37. quintaux.

Le quart des meſmes, dits Verrats, ont 17. calib. tirent 12. lb. auec 8. lb. de poudre
fine, peſans 23. qx. La figure deſquels ſe void au Chap. vj. auec la piece de Dio.

Aux canons pieniers il n’y a gueres que reparer eſtans tous grands & petits d’vne meſ-
me forme & maniere enchambrez, comme la neceſſité le requiert, la chambre n’ayant que
la moitié du reſte de ſon tuyau de largeur, & en longueur quatre de ſes propres largeurs aux
tourillons, ſi elles en ont, ou au defaut il y a quelques endabons ou manches qui en font
l’office, {1/4} & au col {1/3} de leur calibre d’eſpoiſſeur. Tous enſemble tirent boulets de pierre,
auec la moitié de leur poids de poudre commune ou {1/3} de p. fine. En voulant tirer des bou-
lets de fer, on prendra {1/4} de leur poids de poudre com. ou {1/5} de p. fine. Pour les boulets de
pierre, n’en faut prendre non plus qu’auons dit, de peur que par la force de la poudre ſuper-
fluë elle ne ſe briſe, & que le coup en ſoit perdu.

De ceux-cy quelques-vns ſont faits de bronze, communs & non tant renforcez, ayans
la chambre longue de 3 {1/2} calibres, & large {2/3} de ſon calibre, & d’eſpoiſſeur de {1/2} aux touril-
lons de {1/4} & au col {1/6} dudit calibre, eſtans or̀dinairement longs de 10. ou 12. calibres.

Quelques-vns ſont faits de planches & lames de fer, les autres de fer colé: mais les
forgés ſont les meilleurs & plus ſeurs. Ont couſtumierement 8. calibres, n’ayans en
chambre non plus de {1/4} ou {1/3} de leur calibre de largeur, auec toutesfois autant d’eſpoiſſeur
ou pour le moins {2/3} d’icelle, & la longueur de ladite chambre de 4 {1/2} de ſes largeurs. Au mi-
lieu ou autour des tourillons ils ont {2/3} & au col {1/6} ou {1/8} de ladite largeur d’eſpoiſſeur. On a de
couſtume pour tirer aux trauers des breſches, les charger de cailloux, cloux, pieces de
chaiſnes & autres ſemblables matieres, ou auec des grandes & inextinguibles boulets de
feu artificiel, armés de quelques traits de mouſquet ou d’arquebuſe qui ſe chargent à part
auec {1/5} du poids de la balette, de poudre: toutes de grand effect pour rembarrer & endom-
mager l’ennemy aſſaillant.

De cet ordre ſont auſſi des pieces de Braga mentionnées cy deſſus, eſquelles la cham-
bre, qui eſt vne piece à part, faite de fer ou de bronze en forme de petit mortier, comme
auſſi on s’en ſert pour faire des ſaluts, eſt enchaſſée & affermie de cheuilles à coups de mar-
teau afin qu’elle ne ſoit repouſſée. Elles ſont de la longueur du Sacre, Faulconneau ou Ri-
badoquin, ayans en la culaſſe vne queuë ou manche de meſme fonte aſſez longue, afin que
par le moyen d’icelle le canonnier l’ayant montée ſur les aiz du bateau ( comme couſtu-
mierement on en vſe ainſi ) & pris la mire, aſſeure le coup, la tenant ferme ſur ſon eſpau-
le auec la main gau che, iuſques à ce qu’il luy ait de la droitte donné le feu. Les bragues ou
chambres ſoit de fer ou de bronze, n’auront non plus que 5. de leurs calibres, l’vn pour
ſon eſpoiſſeur & force en la lumiere, & les quatreautres pour le tuyau, & les faut aiguiſer

Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer